Cameroun: civil peul assassiné par les indépendantistes

Il s'appelait Ali Umaru et il était infirmier! C'est la seconde personne civile innocente tuée en l'espace de deux semaines dans la région du lac nyos, au nord-ouest du Cameroun, par les séparatistes dits ambazoniens.

Ali Umaru

Il s'appelait Ali Umaru et il était infirmier! C'est la seconde personne civile innocente tuée en l'espace de deux semaines dans la région du lac nyos, au nord-ouest du Cameroun, par les séparatistes dits ambazoniens.

Selon les sources locales, après l'avoir tué ses assassins ont appelé les autorités pour se vanter d'avoir abattu un fonctionnaire de douane, essayant ainsi de faire croire qu'il s'agit d'une erreur. En réalité la communauté peule mbororo est visée directement par les terroristes séparatistes depuis plusieurs mois: assassinats, vols et destructions de bétail, destruction de villages, expulsions arbitraires...

Les autorités camerounaises tentent de protéger ces populations fragiles, mais les défis sont si immense que les succès sont limités. Les mbororos eux-mêmes essaient de mettre en place des forces supplétives d'autodéfenses, avec quelques succès mais ils ne parviennent pas à le faire dans toute la zone. 

Depuis fin 2016 des miliciens pilotés depuis l'étranger, principalement depuis l'Europe de l'Ouest et les USA ont lancé la lutte armée pour créer une république indépendante héritière de l'ancienne colonie anglaise du cameroun occidental.

Roufaou Oumarou

Monday, August 10th, 2020.

Imprimer   E-mail
28 juillet 2020
<< J’ai le regret de vous informer que je viens de perdre ma maman à Kankan par défaillance cardiaque survenue tard cet après midi. Mes condoléances à toute la famille ! >>
Ce sera une erreur gravissime pour l'UFDG et l'opposition de participer à une élection ...
« Au lieu de jeter la pierre à l’imam de Kankan, le foutre en prison et détruire sa Mosquée, ...
D’un fait divers bizarre de profanation du catafalque de Sékou Touré, resurgissent les fantômes de ...
« IBK n’a ni les capacités physiques ni les capacités intellectuelles pour diriger le Mali »