GUINEE: le RPG devient un parti-Etat

Le chef suprême du RPG avait promis de ramasser la Guinée là où le tyran Touré l'avait larguée.

Ibrahima Kylé Diallo

C'est chose faite. Sortie de son hibernation, la douloureuse révolution "globale et multiforme" se poursuit à vive allure. La république "populaire et révolutionnaire" n'est jamais morte; elle n'a fait qu'une sieste de quelques années...

Le 22 mars 2020 le peuple du RPG a massivement voté dans un climat de violence inouïe, de haine irascible et de fraude massive. Double scrutin pour le pouvoir; trouble scrutin pour l'immense majorité des Guinéens. Alpha Condé s'est octroyé, dans le sang,  une constitution souillée et une assemblée soumise. Tout a été fait pour pérenniser un système d'exclusion, d'oppression et de corruption.

En Guinée l'Etat tribal n'est pas à venir; il est déjà en place. Un document aussi accablant qu'instructif circule sur internet et montre même aux aveugles que toute la hiérarchie militaire, toute la haute administration, tous les postes décisionnels du pays et les principaux postes diplomatiques sont entièrement aux mains de personnes issues de la même ethnie dont la langue est devenue, de facto, celle du commandement.

Cet état de fait est gravissime pour une unité nationale déjà fortement ébranlée. Une discrimination bestiale porte toujours en elle les germes de l'effondrement d'un pays. 
 
Si le RPG était effectivement le "rassemblement du peuple de Guinée", Alpha aurait publié simplement la liste nominative de tous les ministres, des chefs de cabinet, des conseillers à la Présidence, des préfets et sous-préfets, des gouverneurs (régions et Banque Centrale), des membres des états-majors de l'armée et de la gendarmerie, des ambassadeurs.

Par ailleurs, c'est à se demander si la Guinée n'est pas devenue le berceau d'un nazisme tropicalisé. Sékou Touré avait monté une redoutable machine d'extermination au camp Boiro à Conakry.  Alpha Condé a entamé la déportation de paisibles citoyens au camp de Soronkoni à Kankan. Un second centre de détention dans cette ville conduirait à l'appeler camp-camp ! L'inquiétude est grande au constat de l'identité des détenus, tous originaires du Fouta ou de la Forêt.

L'histoire a montré que lorsqu'une seule région est scandaleusement favorisée par des nominations claniques, elle ne gagne qu'à court terme mais suscite une acrimonie justifiée et accumule durablement une avidité de vengeance de la part des autres régions lésées. Le changement est inéluctable. Mais à quel prix? Tout ce qui est fondé sur l'injustice finit brutalement. Dès que Sékou Touré a rendu l'âme, son PDG dominateur sans partage s'est effondré et il n'en subsiste aujourd'hui qu'une puante relique édentée ne pouvant mordre qui que ce soit.

Aujourd'hui, même les dignitaires du régime RPG n'ont pas confiance en leur système. Ce n'est pas étonnant qu'ils planquent à l'étranger tout ce qu'ils volent en Guinée.

Pour diviser davantage les Guinéens, Alpha Condé a distribué machiavéliquement certains postes:  la Présidence de la République ( c'est-à-dire le véritable pouvoir) évidemment à la Haute-Guinée, la Primature à la Basse-Guinée et la Présidence de l'Assemblée Nationale à la Guinée- Forestière. La Moyenne-Guinée, qui voulait juste une place, n'a justement rien eu. Pour le "professeur" Alpha, elle reste malgré son nom en dessous de la moyenne requise et n'est donc pas admissible dans son club clanique!  Maigre consolation pour le Fouta: au moins personne ne dira qu'elle a participé massivement au pillage de nos ressources !

Le régime guinéen étant de type présidentiel,  la Basse-Guinée devrait comprendre que la Primature n'est qu'une coquille vide. Le Premier Ministre n'est que le premier, dans l'ordre protocolaire, parmi les ministres. Il n'est chef d'"aucun" gouvernement et signe sans lire ce qu'on lui demande de signer. Vous le voyez sérieusement tenir tête au ministre de la Défense ou à celui de l'Intérieur? La Forêt aussi devrait comprendre que la Présidence de l'Assemblée n'est qu'un titre pompeux pour une chambre d'enregistrement. La devise des députés guinéens est: "manger et se taire", ce qui est peu honorable.

Ce schéma diabolique reste encore intact car si  la Présidence de l'Assemblée change de titulaire, elle demeure toujours aux mains de la Guinée-Forestière. Je ne fais qu' un constat. Toutefois, il y a Forestiers et Forestiers et certains massacrent périodiquement d'autres. Damaro est aussi Forestier que Condiano mais lors de la passation de service, ce dernier était, nous a-t-on dit, absent (*). Cette info reste à vérifier. Cependant, compte tenu du physique ingrat de l' "honorable" ex-président. Damaro aurait même pu enjamber son petit grand-frère sans l'apercevoir. On ne respecte plus les anciens? Les traditions s'écroulent-elles? Damaro pourrait avoir  une excuse: à peine installé à l'Assemblée, il regarde déjà ailleurs. Et s'il visait un autre fauteuil, moins douillet mais plus rentable?

En effet, tout porte à croire qu'un scénario probable risque d'arriver en Guinée. Il est tellement gros qu'il faut bien reculer pour mieux le voir. Examinons le duo Alpha-Damaro. Les deux ont en commun la volonté farouche de maintenir la mainmise de leur clan sur le pays. Mais sous l'égide de qui? Ils sont alliés sans être liés l'un à l'autre.

Alpha est est un politicard maléfique et vieillissant. Il ne s'est pas battu pour l'instauration de la démocratie en Guinée mais pour accéder à la Présidence de la République. Il a réussi et s'est bien enrichi. Après deux mandats tout ce qu'il cherche n'est qu'un bonus. Il comprend très bien le soussou, bien le malinké et moyennement les subtilités de la langue française. Ce tonton flingueur pourrait couler des jours heureux sous d'autres cieux.

Damaro, pour sa part, est un politicien opportuniste et vigoureux. Il maîtrise le malinké, parle français mieux qu'Alpha le français, s'exprimerait assez bien en anglais et probablement aussi en roumain puisqu'il aurait fait des études chez les Ceausescu. Et s'il rééditait en douceur le "coup Diarra"? Il lui suffit de manigancer comme Ben Ali avait fait avec Bourguiba en faisant constater constitutionnellement l'inaptitude d'Alpha à gouverner. Ensuite il occupe légalement la place vide. Enfin il s'arrange à se faire élire démocratiquement par le peuple du RPG avec l'actuel fichier électoral non corrigé.

Au fait, Salif Kébé de la CENI, décédé tout récemment, figure-t-il encore sur la liste électorale?

Pauvre Guinée où la justice n'en est pas une. Où se plaindre? A Conakry?  Ce pas encore possible !  A la CPI ? Oui, mais sans espérer un délai raisonnable. Le dossier des "victimes du 28 septembre" n'avance toujours pas.La plainte du Front National pour la Défense de la Constitution, déposée le 29 avril 2020  n'avancera certainement pas car la procureure Fatou Ben Souda n'a aucune envie de défendre certaines victimes malgré l'accumulation de preuves accablantes. Pour vérifier "le sérieux des renseignements fournis"elle prendra tout son temps pour nous avoir à l'usure.

Je vous salue !

KYLE DIALLO


Imprimer   E-mail
01 juillet 2020
Depuis l’année passée, Alpha Condé a accéléré le bradage des ressources guinéennes.
Le peuple guinéen durant ces deux dernières décennies a exprimé sa combativité et sa détermination ...
Après la falsification de la loi sur l'Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ...
Dans une sortie nauséabonde « L’autre Alpha Condé, le vrai » notre courtisan national tresse des ...
Cinq raisons pour lesquelles on doit se mobiliser massivement le 8 juillet pour exiger le départ ...