Cinquante mille tombes qui ne seront jamais profanées.

D’un fait divers bizarre de profanation du catafalque de Sékou Touré, resurgissent les fantômes de l’assassin avec ses corollaires, l’ombre de ses victimes qui n’eurent droit ni à des sépultures, ni à des prières, ni à des tombes. Les fausses communes où ses victimes furent jetées sont encore des tabous dans la conscience lézardée de la nation.

D’un fait divers bizarre de profanation du catafalque de Sékou Touré, resurgissent les fantômes de l’assassin avec ses corollaires, l’ombre de ses victimes qui n’eurent droit ni à des sépultures, ni à des prières, ni à des tombes. Les fausses communes où ses victimes furent jetées sont encore des tabous dans la conscience lézardée de la nation.

 

Mais, sombre ironie de l’histoire déboussolée de la Guinée, ces victimes sont immunisées contre toute profanation.

Néanmoins, il reste un inexorable constat : après l’imposture d’une révolution, Sékou Touré n’aura rien trouvé de mieux à léguer que des supputations sur un cénotaphe. Sous terre, à la Camayenne, y a-t-il un corps ou une caisse vide ? Questions incongrues et tragiques, mais si révélatrices de la vie damnée de Sékou Touré. L’âme retorse avait bien conscience de ses honneurs immérités, au point de ne pouvoir résister à jouer à cache-cache avec la nation, par-delà la mort. N’est-ce pas là les caractéristiques des zombies ou des émules de Satan ? Ce constat doit être explicité, quand les esprits se seront assagis. Il servira de point d’appui pour expliquer les aberrations de ce règne diabolique.  

Quant aux victimes de la barbarie de Sékou Touré, contrairement à ce qu’avait chanté le poète (note 1), elles ne sont ni dans le feu qui crépite, ni dans le vent, ni dans l’eau qui coule....  Il serait vain d’écouter les choses pour chercher à les entendre...

Ces victimes ne sont pas enfouies sous nos pieds. Elles sont plantées dans nos consciences. Elles sont des stèles de nos prières et les inspirations de nos refrains de regrets ; elles sont les sources de notre soif de justice qui marine dans la mélancolie empoissonnée d’une Guinée en faillite. Elles tiennent en otage les promesses de lendemains meilleurs. Avec la sérénité et la patience dont les morts ont le secret, elles perturbent la marche de l’histoire de notre pays. De l’olympe de Dieu, elles n’ont cure de nos lamentations. Elles ne demandent rien. Sauf de n’être pas mort en vain et d’être reconnues pour ce qu’elles sont : des sacrifices à la construction d’une nation, des sanctuaires pour ériger le droit et des cénacles pour approfondir les leçons sur les intentions criminelles et les négligences coupables qui ont ruiné tant d’espérances.

À défaut, elles nous laissent nous vautrer dans les mêmes bêtises.

Ourouro Bah

Note 1 :  Birago Diop – le souffle des ancêtres


Imprimer   E-mail
27 septembre 2020
Dix ans de catastrophes, 10 ans de maladies comme un signe de châtiment divin, 10 ans de malheurs et de malédictions, 10 ans de souffrances et d’errance, 10 ans depuis que Dieu nous a tournés le dos, ...
Monsieur le leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, en politique, vous devriez voir plus loin que ...
Une fille guinéenne traitée par le griot malien Sidiki Diabaté comme on le faisait aux esclaves en ...
A l’intérieur du pays, l’administration et les fonctionnaires sont mobilisés pour l’élection du ...
« Coup de tonnerre » sans pluies à la CEDEAO.