Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Opinion > Analyse |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Mardi, 21 novembre 2017 07 : 58

Guinée : de l’indépendance à l’indigénat.


2017-11-02 15:30:35

Rappels historiques

Le régime de l’indigénat :1898 – 1944 

Quand ils vinrent à bout des dernières résistances africaines, les colons dépecèrent les anciens royaumes et les partagèrent entre Français, Portugais et Anglais. Les dominions du Fouta-Djalon par exemple se retrouvent à cheval entre les nations actuelles de la Sierra-Léone, la Guinée et la Guinée-Bissau. A la place des structures étatiques existantes, des colonies sont artificiellement créées. Des cercles sont érigés pour déplacer les diiwes et autres circonscriptions traditionnelles avec des commandants français en tête.  Seul le diiwal de Labé est maintenu comme cercle colonial. Les chefs traditionnels sont dépouillés de leurs pouvoirs et investis de statuts symboliques. Parmi eux, les colons arrêtent ou bannissant les récalcitrants pour dompter le reste. La même sélection est opérée au niveau des chefs religieux. La pratique religieuse est encouragée comme moyen de subjugation des populations.
Pour donner un cadre juridique à l’exploitation coloniale, le statut de l’indigénat est mis en place. L’indigénat consista en une domination sans merci des populations colonisées considérées comme de second rang. Le système de travail forcé pudiquement appelé réquisition de main-d’œuvre est établi.  Les chefs locaux constituent le corps d’intermédiaires du système. Les agents d’exécution furent les gardes de cercles. La réquisition emprunta des formes supplémentaires : le contingent des tirailleurs, la main-d’œuvre pénale qui consiste à utiliser les prisonniers pour divers travaux et l’impôt en prestations de jours de travail pour des chantiers publics : routes, pistes et terrains d'aviation. A cela s’ajoutera l’obligation de cultiver certains produits destinés à l’industrie de la métropole.
Sur le plan juridique et pénal, le régime de l’indigénat conféra aux commandants de cercle et aux chefs de cantons des pouvoirs non-contrôlés. Ils peuvent ainsi punir les indigènes sans procès contradictoires pour des infractions variables, multiples et capricieuses : manquements aux règles d'hygiènes, manifestations de résistance à l'ordre colonial, refus d'aider les autorités, non-respect des administrateurs, révolte, grèves ou incapacité de s’acquitter de l'impôt. Les peines consistaient à la prison, à des amendes ou aux châtiments corporels. Les guerres européennes (1914-18 et 1939-45) accentueront les rigueurs de l’indigénat. Les recrutements forcés de militaires dans les colonies pour suppléer aux armées françaises vaincues privent les économies locales de bras valides au moment où les colonies deviennent des sources forcenées de matières premières pour l’effort de guerre. L’agriculture vivrière est perturbée. Pour échapper aux extorsions multiples ou pour faire face aux rigueurs des impôts, des milliers de guinéens se réfugient dans les colonies anglaises. D’autres recourent aux travaux saisonniers dans les plantations de la Basse-Guinée où dans le bassin arachidier du Sénégal.  

Abolition de l’indigénat et mouvement d’émancipation des colonisés

Les rigueurs de l’indigénat furent violemment attaquées par les cadres africains à la fin de la deuxième guerre mondiale. La participation de l’Afrique pour sauver l’Europe du Nazisme avait été assortie de l’arrêt des abus coloniaux.  En tout état de cause, l’Europe affaiblie par la guerre n’avait plus les moins de maintenir des empires coloniaux.  Les défaites de l’armée française en Indochine contribuèrent à accélérer les courants d’émancipation. La France envisagea l’autonomie des pays colonisés et une marche graduelle vers l’indépendance.
Dans la colonie guinéenne, les anciennes associations régionales deviennent des courants politiques qui instaurèrent des débats et contribuèrent à ce qui est communément appelé « l’éveil africain ». Des cadres guinéens accèdent à des postes de responsabilité locale et au niveau du parlement de la métropole : d’abord dans une chambre spéciale et ensuite de plein droit comme députés. Sur la scène politique émerge le leader Yacine Diallo. Grace à lui, la Guinée rompt avec l’arriération et le glacis de l’indigénat. On assiste à un retour en masse des exilés guinéens.  L’agriculture enregistre des progrès considérables. La Guinée deviendra le premier exportateur de bananes et se classe parmi les meilleurs pour d’autres agrumes. Yacine Diallo met en place des plans ambitieux d’industrialisation et d’électrification avec le Bassin de Konkouré. Il obtient des crédits pour l’éducation. Des écoles professionnelles sont érigées. Il y eut une nette amélioration de la santé avec des centres publics et des campagnes d’information sur l’hygiène et les vaccins.
Un corps législatif est mis en place pour contrôler l’exécutif colonial. Diallo Telli sera élu à sa tête comme secrétaire général de l’AOF. La loi-cadre accorda l’autonomie avec une gestion des affaires internes des colonies. Les progrès notoires dans l’éducation accentuèrent les questions d’indépendance.
La mort subite du leader Yacine Diallo en 1954 changea la nature des compétitions et des débats politiques.  Sékou Touré se positionne pour récupérer le pouvoir que les colons étaient train d’abandonner. Il y parviendra avec l’aide du Gouverneur des Colonies Cornut-Gentilly. Ce dernier facilite son ascension dans le parti du PDG-RDA et lui assure l’impunité totale dans la violence qu’il met en place avec des milices. (Note 1)

1944 à 1958 -La destruction de l’expérience et de l’éveil démocratiques guinéens.

Après l’indépendance, le PDG continua le démantèlement des acquis de l’émancipation.  Graduellement, il soumet la Guinée à un indigénat larvé et d’autant plus nocif qu’il fut enrobé dans une logorrhée anticoloniale, de ferventes adhésions nationalistes et d’un capital de sympathie internationale.
La propagande du PDG impute au retrait subit de la France les faillites économiques de Sékou Touré. Une fausse narration a été développée sur le durcissement du régime de Sékou Touré qui serait dû au départ massif des colons, aux sabotages économiques et à des complots. Les tentatives de déstabilisation de la France se heurteront à de nombreux obstacles. Le premier est la mobilisation interne des cadres guinéens pour leur souveraineté. Les opposants souscrivent à la notion de gouvernement d’union nationale, croyant que l’émancipation de la Guinée du colonialisme valait bien mieux que des ambitions personnelles. Diawadou en particulier sauvera Sékou d’une mort certaine en refusant de cautionner un coup pour le renverser. Il payera de sa vie sa loyauté ; comme beaucoup d’autres. Le second obstacle vint de Etats-Unis. La période de l’indépendance coïncida avec le paroxysme de la guerre froide. Avec des aides économiques, les occidentaux et les pays de l’Est chercheront à attirer la Guinée dans leur camp – comblant rapidement le vide laissé par les français.  Soucieux d’empêcher un basculement de la Guinée dans le camp soviétique, les Etats-Unis mirent la pression pour ne pas que France ferme la porte entièrement à la Guinée. Ce n’est qu’en 1965 qu’il y aura une rupture définitive. Grace aux efforts de Diallo Telli et plus tard de Karim Bangoura l’aide américaine à la Guinée et les investissements seront substantiels.  
En plus de l’enthousiasme de la grande majorité des guinéens, une vague d’intellectuels accoururent de l’Europe, de l’Afrique et des caraïbes pour soutenir l’indépendance. En clair, les circonstances dont bénéficia la Guinée après l’indépendance étaient enviables et auraient pu être une plateforme d’essor économique. Mais rien en sera.
Comme il avait montré durant les années de son ascension politique - de 1952 à 1958 - Sékou Touré voulait un pouvoir absolu. Sa politique était exclusivement orientée vers cet objectif. Pour y arriver, il instaura un système de contrôle et de coercition pire que celui de l’indigénat. Il fallait pour ce faire ruiner les acquis de l’émancipation des colonisés. Yacine Diallo avait extirpé la Guinée de l’anonymat et mit la colonie au premier rang des récipiendaires d’investissements de la métropole. Son œuvre fut jetée dans l’oubli. Sur la tabula-rasa, l’histoire de la nation fut transformée en une hagiographie sur le NON du 28 Septembre 1958 dont Sékou Touré s’appropria dans une insidieuse imposture sur laquelle on reviendra (Note 1).  
Un pas décisif dans l’instauration du despotisme sera franchi avec la répression du corps enseignant et des élèves de 1961. Entre 1954 et 1958, le PDG avait accumulé de l’expérience dans la violence politique, bénéficiant notamment des moyens qu’octroyait l’autonomie. Il n’aura pas beaucoup de mal à instaurer la machine des complots pour écraser toute forme de compétition ou toute velléité de résistance. L’indépendance marqua la fin de la décennie de l’intermède démocratique et d’émancipation des colonisés. Avec le règne d’un indigénat d’inspiration locale, la Guinée entra dans la décadence.  

L’indigénat version PDG

Même déguisé sous les apparats de l’émancipation africaine, l’indigénat du PDG rappelle en pire les pires époques de la colonisation. Contrairement aux colons qui avaient officialisé la ségrégation avec le statut de l’indigénat, Sékou et le PDG ne s’embarrassèrent pas de formes ou de cadres juridiques.  Une mixture de démagogie patriotique, de communisme larvé et plus tard de totalitarisme prouva être suffisante pour assoir l’indigénat version PDG dont la Guinée porte encore les tares. Cet indigénat ne fit pas que refléter les pratiques de l’indigénat colonial. Sans équivoque, il dépasse en cruauté les pratiques des occupants étrangers.  Le prouvent quelques faits établis, cités en vrac ci-après.

Le PDG et le démantèlement des structures sociales.

Après l’indépendance, malgré leur ralliement les familles régnantes sont soumises aux intimidations. Les deux Almamy Soriya et Alphaya à Timbo et à Dabola sont dépossédés des vestiges du pouvoir symbolique laissé par les colons. Tous les deux verront leurs enfants assassinés par le PDG (Barry Diawadou et frères ainsi que Modi Oury). L’Almamy Soriya sera mis en prison.
Les chefs religieux jugés récalcitrants sont exécutés : l’imam de Coronthie et des années plus tard l’imam de Labé, Tierno Mamadou Bah.  Les autres se soumettent à l’autorité du parti et sont utilisés comme moyens de subjugation des populations.
Les chefs de canton du régime colonial deviennent les bouc-émissaires de choix du PDG.
Les cercles créés par les colons seront rebaptisés régions sous l’autorité de commandants ou des gouverneurs. Le contrôle des citoyens sera multiple : par l’administration, les comités /sections et fédérations du parti et les milices. Tous ont droit de vie et de mort sur les citoyens. Ces derniers peuvent être emprisonnés sur des simples dénonciation, des soupçons ou des velléités de résistance. La timidité dans l’ardeur révolutionnaire devint le crime passe-partout pour oppresser n’importe quel guinéen.
Sous le couvert de l’émancipation des femmes, les codes des familles traditionnelles sont ruinés. Les femmes et les filles sont endoctrinées sans bénéficier d’aucune promotion. Elles sont plus utilisées à des fins de propagande par le PDG.

Servitude et exploitation économique de l’indigénat du PDG

Au même titre que les colons, le PDG instaura la réquisition de main-d’œuvre sous le vocable « investissement humain ».  Les présidents de comités de base et les membres des instances du parti en firent des moyens de corruption et d’arbitraire contre les citoyens.
La main-d’œuvre pénale continua dans les domiciles des dignitaires du parti et de l’état ainsi que pour divers travaux urbains ou suburbains
Du fait de la chute des exportations, la monnaie perdait de sa valeur régulièrement. L’état imposa des impôts en nature : grains, cheptel et fruits sont spoliés des paysans. La famine fit ravage dans les campagnes et conduisit à l’exode vers les villes. Sur ordre de Sékou Touré, Keita Fodéba ordonna des rafles sous le prétexte de lutter contre l’exode rural. Des centaines de citoyens mourront en prison du fait des mauvais traitements et de l’entassement dans des cellules exiguës. L’exode vers les pays voisins s’accentua avec des villages entiers migrant nuitamment malgré les ordres de tirer à vue aux frontières.
Des vagabonds et des chômeurs furent enrôlés dans la milice avec quartier libre pour contraindre les citoyens à participer aux incessantes manifestations du parti.
Le commerce local fut étatisé ; les magasins et boutiques privés sont pillés sous l’incitation de l’état.  Les commerçants sont traités de voleurs et soumis aux quolibets et à la risée des populations dans le folklore et les slogans du parti. La plupart des commerçants chercheront à se reconvertir dans l’agriculture. Leurs premières récoltes seront saisies et vendues à des prix arbitraires imposés par l’état. En 1964-1965, l’agriculture jadis florissante de la Guinée subit un coup fatal.

Le système judiciaire l’indigénat du PDG

Dès 1961, le métier d’avocat fut interdit en Guinée. Les responsables du parti et de l’état se dotèrent ainsi de pouvoirs non-contrôlés. Comme sous le régime de l’indigénat, ils peuvent emprisonner les guinéens sans procès contradictoire pour des infractions spéciales, variables dans le temps et l’espace. Il n’y a pas de limite d’âge aux arrestations.  Il n’existe pas de possibilité d'appel. Les dépostions sont faites sous la torture : bastonnades, courant dans les parties génitales et diète noire. Les exécutions des personnes sont publiques avec l’hystérie populaire mandatée et orchestrée par le parti. Les dépouilles des victimes ne sont jamais rendues à leurs familles. Les biens des victimes sont confisqués et distribués aux dignitaires du parti tandis que leurs femmes sont courtisées par les tortionnaires.

La tribalisation du pouvoir, des infractions et des peines.

Au temps de l’indigénat colonial, les peines pouvaient être collectives, c'est-à-dire qu’elles étaient appliquées à un groupe entier quand les responsables ne sont pas identifiés. Avec l’indigénat du PDG, c’est l’ethnie qui est ciblée par la politique même quand les « coupables » ont « avoué » leurs crimes ; comme les peuls de la Guinée le savent.

L’indigénat de l’indépendance et son défi.  

Enseignement et santé publique, infrastructures et petites industries, arbitraire contre les citoyens avec un ciblage ethnique etc., il n’y a aucun secteur (social, économique, culturel) où l’indépendance s’est traduite par une amélioration.  Cela n’empêche pas des responsables politiques et des guinéens de caresser le mensonge de l’exceptionnalisme du « NON » au référendum de 1958 et celui d’exemple que la Guinée aurait donné au reste de l’Afrique. L’hagiographie du vote est figée dans le temps. Elle occulte le fait que le référendum hâtif fut une fraude électorale massive et que le vote du NON est une fiction.  Les mythologies sur le personnage de Sékou Touré ne sont que des refuges des nostalgiques inconditionnels du totalitarisme. Il est impossible de nier ou de masquer sa faillite.
Dans l’amère ironie dont les cycles de l’histoire ont le secret, les massacres et les viols du 28 septembre 2009 ont révélé au monde la face hideuse de notre histoire. Comme par capillarité le pourrissement en profondeur de la nation a opéré une remontée à la surface. De quelque façon qu’on le présente, les agents de sécurité responsables des odieux crimes de ce jour ne sont que des sous-produits du démantèlement de l’éducation et de la domestication de l’armée avec une culture de milice que le PDG mit en place pour la survie de son chef.
Se dorloter dans la fausse légende d’exemple de l’Afrique c’est refuser d’accepter le parcours inverse et vicieux que la Guinée a opéré : celui de l’émancipation des colonisés à l’indigénat du PDG.  C’est accepter implicitement ou non de s’embourber dans ce chaos sans fin. Pour s’en extirper, la nation devrait faire de chaque 28 septembre une journée de réflexion: sur les occasions ratées, les combats non-livrés, les détours vers les chemins de l’erreur et des tragédies de notre nation. Chaque jour et en particulier le 28 Septembre, chaque guinéen devrait faire un serment intime et des vœux publics d’explorer les voies et moyens de mettre fin au pouvoir de la pègre que le PDG instaura dans notre pays. C’est un hommage dû aux innombrables victimes de ce régime et de ses succédanés.

Ourouro Bah
PS :

    • Le présent texte est issu d’un programme radio de Pottal-Fii-Bhantal sur Radio Fréquence Gandal sur le bilan de l’indépendance de la Guinée.
    • Note 1) Dans une prochaine livraison on abordera les compromis avec les colons et la violence impunie qui permirent l’ascension politique de Sékou Touré.

 

0 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 20/11/17: Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat.
 19/11/17: Décès de El-Hadj Oumar Doungou Barry - Déclaration de la coordination nationale des fulbé et Haalipular de Guinée.
 14/11/17: Déficit de démocratie en Guinée – Sommes-nous tous coupables et responsables ?
 14/11/17: La radio Africa Midi a reçu samedi, 11.11.17, Mohamed Mara, journaliste à Espace Fm Guinée.
 14/11/17: „Chemin d’exil’’ : l’œuvre poétique de Mohamed Lamine KEITA préfacé par Siaka BARRY

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.
 01/03/15: Guinée: qui trompe le peuple, le pouvoir ou l’opposition ?

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques