Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Archives 5 |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Mercredi, 22 novembre 2017 05 : 47

Guinée: Une transition permanente

Le drame d'un peuple.


LamaranaPetty.jpg
Lamarana P. Diallo

2012-07-17 07:54:01

Depuis 1958, date de l'indépendance de la Guinée française, il s'y joue quelque chose.
Aux dictatures qui ont régné un demi-siècle durant s’ajoute une transition politique qui ne finit pas d'être transitoire. A force, elle risque de devenir permanente. En tout cas, cette transition guinéenne ressemble bien à un drame devant lequel Sékou Touré, Lansana Conté, Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté ne devraient pas rougir. S’ils pouvaient parler, ils pourraient bien nous cracher au visage, « Voyez-vous, il n’ya pas que nous »!

Ce drame, c’est celui d'une indépendance manquée, d'un pouvoir confisqué et d'une tyrannie multi-Céphale. C'est le rêve brisé de tout un peuple et de toute une nation. C'est la démission d'une grande partie des cadres et des intellectuels. C'est le délitement de la société et la corruption des aînés. Si l'on veut, des Anciens. Ce drame ne peut être relaté en un article et en quelques petites pages.

Partant, mon but ne peut être de refaire une chronologie du mal guinéen. Je veux, une fois de plus, attirer l'attention et interpeller les esprits. Prêcher dans le désert, si l'on préfère, d'autant plus qu'il ya beaucoup plus d'oreilles sourdes que de consciences dès  lors qu'il s'agit de la souffrance morale du peuple de Guinée.

Cette surdité endémique et coupable ne date pas d'aujourd'hui. Qu'elle soit plus exacerbée de nos jours par rapport au passé est une évidence. Cependant, une chose n’a pas changé: l'injuste sort qui frappe la Guinée et son peuple. Pourquoi ?

Après la tragédie du 28 septembre 2009, les Guinéens et le monde entier ont cru que la liberté tant rêvée succédera aux pouvoirs dictatoriaux civil et militaire qu’a connus le pays. Mais, l'anniversaire (le troisième) du jour sanglant de septembre s'annonce (il est dans 2 mois) sans qu'aucun coupable ne soit inquiété ! Pire, les acteurs et commanditaires des meurtres et viols trônent au sommet de l'Etat et dans les hautes sphères politiques et administratives. Ils continuent d'intimider, de traquer toute personne qui s'aventurerait à lever le petit doigt pour pointer le système en place.

A la tragédie de septembre 2009 ont succédé les élections de juin et novembre 2010. Des élections présidentielles dans le sang et le drame ethnocentrique. Des résultats électoraux confisqués et un peuple berné qui est toujours dans l’attente d'un système démocratique.
En Guinée, la tragédie de septembre a enfanté le drame électoral de 2010.  C'est dire que nous sommes toujours dans la même veine qui aurait pu être théâtrale si toutefois trop de sang n'avait coulé pour mettre en place une nouvelle forme de dictature.

Une dictature qui se distingue de celles du passé en ce sens qu'elle a une couverture démocratique. Dès lors, parle-t-on aujourd'hui de « président démocratiquement élu » dans l’indifférence ou dans l’acquiescement coupable des uns et des autres. Bien sûr, on prend soin de le mettre entre guillemets. Mais, cela change t-il quoi que ce soit à la situation guinéenne ? A mon sens, rien en n’est.
 
Le risque d’une dictature pérenne n’a jamais été  aussi élevé en Guinée qu’aujourd’hui.
En effet, si on ne prenait garde, on aura dans notre pays des dictatures civiles et militaires entre septembre 1958 et janvier 2010. Un figurant président transitoire ou de la transition à partir des accords dits de Ouaga (du 15 janvier 2010) à  novembre de la même année. C'est-à-dire, jusqu'au deuxième tour de la présidentielle. Un tour qui a été magique pour les uns et tragique pour le peuple qui avait cru à des lendemains meilleurs. Inutile de revenir sur les raisons des déboires des urnes en Guinée et des erreurs politiques des vaincus.

Une nouvelle forme de dictature est donc en train de prendre racine dans les cendres des innocentes victimes de notre histoire. Celle-ci est en voie de produire un fat inédit: donner à la Guinée « un président démocratiquement élu à vie ».

Cette appellation, qu’on le retienne très bien, n’est ni un calembour ni un jeu de mots. C’est le résultat d’une analyse qui m’a conduit à cette construction lexicale. Si l’on préfère, à cette antiphrase qui dénote le paradoxe guinéen.

En effet, le président guinéen est issu d’élections qui ont été acceptées par la communauté internationale par principe et devant lequel le vaincu s’est effacé pour des raisons évidentes soutient-il. Le vainqueur en tire par là- même sa légitimité qu’il tente d’imposer par une voie qui est tout sauf démocratique. J’en veux pour preuve son mode de gouvernance.

Retour aux pratiques du Parti démocratique de Guinée, (PDG): un parti unique et un seul chef qui n’hésite pas de se rendre au siège du parti qui l’a porté au pouvoir et revendiquer le titre de « président de tous les guinéens ». Des nominations à caractère tribal et ethnocentrique, un clientélisme sans précédent qui est doublé d’un corporatisme inquiétant dans les forces armées et de défense; la gabegie bat son plein alors que le complot ourdi par des ennemis invisibles et fantasmés par le système pèse sur les esprits; les divisions ethnocentriques comme mode de gouvernance à travers la mise en place de comités dits de soutien, lesquels sont animés par des félons, des médiocres, des agents véreux et zélés de tout acabit; le musèlement de l’opposition; le manquement aux promesses électorales, la corruption qui gangrène le pays jusqu’au sommet de l’Etat; l’ installation méthodique du clan familial aux postes stratégiques et juteux de l’administration; les cooptations de toutes sortes et la marginalisation de tout esprit critique au sein des médias et parmi les cadres et intellectuels; la violation de la constitution et autres textes de lois; l’embrigadement de l’ethnie à des fins obscures, etc.
 
Mais, le drame guinéen se joue aussi ailleurs. Au sein des forces politiques dites de l’opposition et des institutions dites républicaines. A force de se taire, ces institutions sont devenues des caisses de résonnance du pouvoir. Si tel n’était le cas, qu’on dise aux Guinéens quels sont les actes posés par le Conseil National de la Transition (CNT) depuis les présidentielles ? Quelles actions ont été entreprises et réussies par les organisations syndicales et par la société civile ? Des religieux, qu’on ne nous en parle pas !

Mais, c’est de l’opposition qu’il faudrait parler ? Des partis politiques innombrables avec des alliances qui donnent le tournis. Au milieu de tout cela, une opposition qui fédère la majorité de l’électorat, mais qui ne finit pas avec des déclarations, des journées de ville mortes. Les unes réalisées avec plus ou moins de succès, les autres avortées dès leur annonce. Des manifestations sporadiques concentrées à Conakry comme si la Guinée se limitait à ENTA (quartier qui tire son nom de l’entreprise national de tabacs et allumettes). Sinon au km 36. Bref, à observer de près, on se demande que veut l’opposition guinéenne qui continue à donner les même coups de sabre à la même eau sans se rendre compte que cette action est inefficace.
Est-ce dire que cette dernière branche qui constitue tout de même la vraie opposition ne se bat pas ? Tel n’est pas mon propos. Cependant, les méthodes qui se sont avérées inefficaces par le passé n’ont pas changé. Il est inutile de vouloir réveiller quelqu’un qui ne dort pas en utilisant les mêmes recettes.
Autrement dit, il ne sert pas à grand-chose d’interpeller par des textes un pouvoir basé sur la force. Il faut le pousser à la faute. Pour ce faire, une stratégie conséquente et pensée d’avance par des spécialistes et des cadres engagés est indispensable. Des cadres au service des partis politiques qui sont rémunérés comme tels. Des hommes et des femmes uniquement consacrés à la réflexion des voies et moyens à mettre en marche. Pour ce faire, il faut avoir le bras tendre et la caisse ouverte « aux esprits bien pensant » pour reprendre cette notion du 17e siècle français.
 
Pour ce faire, il faudrait mettre fin à cette forme de « concubinage politique » avec des personnes qui font de la politique par défaut. Ces opportunistes de l’opposition qui ont les mêmes objectifs que ceux de chez Alpa Condé. A savoir, accaparer les leaders des partis politiques sous le couvert de liens familiaux, tribaux et ethniques. Il faudrait également un système ou appareil de communication efficace et bien rôdé. Mais, que n’a-t-on dit à propos ?

N’est-ce pas que le président guinéen n’a pas lésiné sur les moyens même si certains médiocres qui l’entourent ont plus bénéficié de ses largesses que les vrais méritants ?

Cette stratégie (discutable à certains égards)  lui a permis de débaucher des proches de l’opposition pour mieux la combattre.  A cette dernière de crier à la trahison. Alpha et ses débauchés s’en moquent !

Il faudrait enfin que l’opposition réoriente sa stratégie. Elle devrait  oublier la tête très peu chère de Loucény Camara de la Commission Electorale National Indépendante (CENI) et exiger celle de l’institution qui est beaucoup mieux cotée. Le départ du seul larbin ne changera rien. Il  faut disloquer la CENI. Sinon, il faudrait laisser Alpha faire ses législatives car il réussira avec ou  sans Loucény Camara. Ce dernier a déjà planté l’arbre, il ne reste plus qu’a cueillir les fruits. En un mot, le problème, c’est moins le président de la Céni que l’institution elle-même.

L’opposition doit se focaliser sur la racine du mal. De la sorte seulement, elle pourrait contribuer à mettre fin au drame guinéen. Au cas échéant, elle contribuera à l’entretenir au même titre que les pouvoirs successifs.

Malheureusement, dès qu’une bouche s’ouvre de l’étranger, qu’une plume trace un mot sur le net ou sur le papier, la tendance est encore de dire: « Nous, nous vivons la réalité de l’intérieur ». Autrement dit, vous pouvez continuer à vous faire des ennemis ou à parler.

Pour beaucoup d’hommes politiques et pour le pouvoir, le Guinéen de l’étranger peut piailler à sa guise. C’est un passe- temps pour lui. En quelque sorte, une façon de se donner bonne conscience. Pourtant, que serait la Guinée sans la plume du net et les marches des Guinéens de l’étranger  qui ont été conjuguées avec le combat de ceux de l’intérieur ?

A chacun sa réponse !

New York le 16 juillet 2012
 
Lamarana Petty Diallo                              
lamaranapetty@yahoo.fr


 

18 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

SADIO BARRY17/07/2012 08:08:54
Un excellent article. Une analyse juste, objective de la situation socio-politique de la Guinée et des conseils politiques pour l'opposition guinéenne reputée être sourde qui persiste dans l'erreur qui risque fort de lui être fatale. Ils ont commis les mêmes fautes que lors de la présidentielle hélas!

Un article qui mérite d'être classé Dossier spécial.

Félicitations et merci Monsieur Diallo! Espérons que vous serez entendu!
Bangaly traore17/07/2012 11:58:17
Comment eviter un tel scenario catastrophique quant on sait ce qui se passe dans les autres pays,le gouvernement doit etre l'emanation des accords de la conceration nationale.Si vous voulez,conference nationale,convention,l'essentiel est que toutes les composantes de la vie socio-politique de la guinee se retrouvent pour analyser la difficile situation de la reconciliation nationale,degager les voies de solution,trouver les moyens et engager les actions necessaire pour nous permettre de sortir de cette grave haine qui ne dit pas son nom.Le gouvernement doit agir pour le bien superieur de la Nation,etablir la verite et la justice.NB:Aucune Reconciliation ne sera possible sans la Verite et la Justice.
barry17/07/2012 12:27:50
Un excellent article.!!! Je demande aux guinéens de l’intérieur et de l’extérieur de ce mobiliser pour porter plainte contre la France au TPI pour non assistance d'un peuple en danger d'extermination depuis l’indépendance 1958 jusqu'à présent. cette plainte consistera à juger la France d’abandonner le peuple de Guinée dans les mains du tyrannique Sékou Touré, de rien faire pour empêcher tous les faux complots. de favoriser la montée en puissance de Lansana Conté, de l'arrivée de Moussa Dadis camara et l'intronisation de alpha 1er comme le nouveau dictateur du pays qui était la perle de l'Afrique. Wassalamou!!!!
I.Diallo-Kankalabé17/07/2012 13:00:55
Tout à fait en phase avec cet article, on ne peut mieux dire! A. Condé fait ce qu’il faut pour ses objectifs et buts, c’est à l’opposition d’user d’imagination pour le contrer. Particulièrement en Afrique, la popularité d’un leader ne lui fait pas gagner forcément les élections ! Pour preuve, Alpha Condé n’a pas parcouru la moitié du territoire qu’a fait Cellou Dalein mais il a ‘’gagné’’ officiellement et s’est fait désigné Chef d’Etat. But atteint !
Le cas de Capi Camara, ex-UFR, résume la mentalité de la majorité (plus ou moins importante ?) des militants Guinéens : il dit s’être décidé à rejoindre le RPG-ACiel pour pouvoir avoir un poste vu que Mr Sidya est un ‘’loser’’ (un éternel perdant). N’est-ce pas ?
Cela se passe ailleurs aussi mais tout est question de proportion ; et en Guinée, ils sont trop nombreux au point de fausser tout le jeu politique basé sur des convictions et idéaux. En Guinée, la politique se réduit à la tricherie électorale avec plus ou moins la force des armes et à l’achat et au rachat des consciences. Et ce, encore une particularité guinéenne, surtout au niveau des cadres âgés et considérés comme des ‘’sages’’ qui ne sont plus intéressés désormais par les choses matérielles. Erreur ! C’est dans cette classe d’âge avancé que la morale et l’éthique manquent le plus en Guinée.
Abdoul.H17/07/2012 13:14:11
L'opposition a-t-elle d'autres moyens légaux de lutte que ceux qu'elle utilise présentement ? De quoi la reproche-t-on ? Peut-elle aller au delà de demander une ville morte ? Les Guinéens ne sont pas les malgaches qui peuvent tenir une grève jusqu'à 8 mois pour faire partir un président ou contster des résultats frauduleux. N'oubliez pas que les Guinéens ne savent pas s'unir, sauf autour d'une seule chose : la faim.
SADIO BARRY17/07/2012 15:05:57
Abdoul.H,
il n'est pas difficile de voir que l'opposition guinéenne n'a pas de programme et agit promptement par saut d'humeur ou quand elle est critiquée.

Les villes mortes ne réussissent nulle part sans organisation: des groupes chargés de le faire respecter dans tous les secteurs de service. On ne reste pas chez soi et dire VILEE morte demain au peuple. Il faut au moins empêcher la circulation.

Si l'opposition n'avait pas interrompu sa manifestation débutée le 10 mai, le pouvoir allait ceder avant le 4 eme jour de marche. Un jour de manif ou de ville morte n'est qu'une charge et du travail pour les organisateurs et rien pour le pouvoir. Une pression, c'est le maintien d'une situation tendue qui fait appel à la mise en garde de la communauté internationale envers le pouvoir.

En Guinée, de par sa façon de faire, sans programme cohérent (On organise aujourd'hui la marche et à la séparation, on dit aux gens "Rentrez à la maison, on va se réunir demain pour dire si après-demain on sort ou pas"), l'opposition ne fait que décourager et se discrétiter devant le peuple. Quand on commence un mouvement de revendication, on n'arrête pas avant que le pouvoir ne bouge et on élargit la plate-forme revendicative en cas de réaction inappropriées ou brutales du pouvoir, comme l'exigence de démission des commanditaires ou ministres de tutele etc.

Si un de nos leaders avaient été engagé dans la lutte politique dans les anciens systèmes de dictature qu'on a connus au lieu d'en être des serviteurs, ils allaient agir autrement et avec plus de cohérence aujourd'hui.
Thierno A DIALLO17/07/2012 15:49:16
Bonne analyse d'une situation politique malheureusement catastrophique.
Ratoma17/07/2012 16:13:24
Mr DIALLO felicitation Un excellent article. Une analyse juste, objective de la situation socio-politique de la Guinée
I.Diallo-Kankalabe17/07/2012 17:45:56
Sadio Barry vient de donner une des réponses a ceux qui se demandent ce que l'opposition doit faire. Une lutte intelligente et efficace est longue multiforme et surtout continue sans repos sauf pour pourparler tout en maintenant la pression. Revoyez dans l'histoire, les luttes d'emancipation et meme en Guinée en 2007. A coté des actions actuelles, pourquoi ne pas continuer, par exemple,a bombarder la Cedeao pour qu'elle nomme un médiateur (hors Campaoré et d'autres pourris)en Guinée malgré le refus d'Alpha. C'est stratégique pour garder la Guinée sous l'attention et que les média continuent d'en parler. Imaginez Alpha a Paris avec cette revendication de l'opposition dans les journaux!
Juste un autre exemple, la présidentielle de 2010, apres les atrocités de Siguiri, Kourousa,etc; et l'UE qui a couvert Alpha Condé malgré les rapports de HRW et d'AI, pensez-vous que CDD ne pouvait pas demander une enquete parlementaire a l'UE sur le role des observateurs Européens et leur silence sur ces crimes? Cela, indépendamment de son acceptation des resultats. Sa demande officielle a l'UE aurait attiré l'attention et des questions sur le déroulement du scrutin que les Européens acceptent ou non sa requete. c'était le minimum a faire au lieu de se taire sous les pressions et laisser a Dieu !
Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Il y a toujours des choses a faire sans aller directement a la confrontation physique. Qui est allé manifester sous les fenetres de Kouchner par exemple ? Submerger le site de l'Elysée par des mails de protestation contre la venue d'Alpha Condé en justifiant notre colere? Moi, je l'ai fait. Etc, etc. Il y a toujours quelque chose a faire !
minerai noir17/07/2012 19:12:45
monsieur barry nous sommes tous désemparés par tout ce qui se passe dans notre pays.Il vaut mieux carresser dans le sens des polis que l'inverse.Je vous propse si vous le voulez bien de lire mon article sur le renvoi de Bah Oury devant la cour d'assise. Je ne fais que des propositions susceptibles d'être complétées par tout un chacun pour avoir un texte final plus etoffé par des preuves(documents financiers non respect des droits de l'homme ethnocentrismes dépenses inconsidérées sur ses déplacements) pour interesser l'opinion internationale.
kaba17/07/2012 19:53:27
M Sadio, je suis raremet d'accord avec vous, mais cette fois ci, je trouve que vous avez donnez le ton pour appuyer cet excellent article de M Lamarana Petty qui a toujours ete un fin analyste de la situation guineennne. Cet article en donne une fois de plus la preuve. Merci a guineepresse et a l'auteur.
Abdoul.H17/07/2012 20:36:53
Sadio, il faut se poser la question pouquoi tout le monde s'était uni derrière les syndicats en janvier et févier 2007, personne n'avait besoin d'empêcher quoi que se soit, tout le monde conjugait le même verbe, même les FDS laissaient faire les pillages des symboles du pouvoir, d'aileurs elles mêmes participaient. Par exemple, ce sont eux qui avaient pillé le trésor à Kankan.

Il faut cependant noter ques les réalités actuelles sont différentes. Présentement quand l'opposition appelle à manifester, tu entends dire que ce sont les peuls qui manifestent. Pour le cas de Lounceny Camara, pour ne citer que ce cas, le pouvoir fait croire que c'est parce qu'il est forestier que «les peuls demandent sont départ».

Je vais dire ce que je ne veux pas dire en rélité : la violence reste la seule issue ! Souhaitons ne jamais en arriver là. Mais croyez moi, tant que Alpha contrôle son armée tribale de repression, ne vous attendez à aucun compromis ; aucun dialogue, aucune institition, aucun sage ne va le faire plier.

En général, l'opposition est assimilée au peuls en guinée que Alpha Condé et sa bande de fascistes considèrent comme des ennemis. D'ailleurs, les peuls auront le choix entre se soulever peu importe le prix ou croiser les bras pour subir, mais ça ne changera rien du plan diabolique de la bande au pouvoir. Hier, à Sangoya et aux environs de 17h, les gendarmes, sans aucune raison, de passage à sangoya ont trouvé du plaisir à ramasser un grand nombre de jeunes peuls pour les liberer plus tard (peut-être après rançon).

J'ai écouté Prince Johnson sur les causes de la guerre au Libéria, je ne souhaite pas cela à la guinée, même si je retrouve les mêmes ingrediens que ceux énumérés par ce dernier.
SADIO BARRY17/07/2012 22:36:25
Abdoul.H,
la réponse est simple: parce qu'en 2007, il y avait quelqu'un dans l'opposition qui voulait à tout prix faire tomber le pouvoir de Conté: Alpha Condé qui tirait sur les ficelles. Il a investi de l'argent au niveau des organisations de la société civile et des syndicats qui suivaient ses mots d'ordre. En même temps, il avait des militaires aux commandes du RPG pour tuer et provoquer des tensions et la pression internationale. Les FDS qui ont pillé surtout les gendarmes et policiers sont essentiellement des malinkés en Guinée, donc aux ordres du RPG même au temps de Conté.

Ce pouvoir ne cedera rien par le dialogue sans véritable pression sur le terrain. Alpha Condé est un homme qui prend rapidement la fuite en cas de risque. Si l'opposition se lève vraiment, il ne laissera pas la situation escalader sans faire ce qui se doit.

En ce moment c'est tout le Collectif qui lance l'appel à la manifestation.

L'erreur que commet l'UFDG, c'est de se taire quand les victimes sont exclusivement peules ou d'avoir peur qu'on dise que ce sont les Peuls qui manifestent. Non seulement cela est faux (regardez la video sur le guepard.net) mais ce serait légitime d'ailleurs parce que le racisme du pouvoir les cibles en particulier.

L'UFDG doit appeler le peuple de Guinée à manifester contre le pouvoir raciste d'Alpha Condé. Si ce sont les peuls ou les soussous qui répondent, ce n'est pas son affaire. C'est même avantageux qu'on dise que ce sont les Peuls qui manifestent. Cela conduira à un examen des causes de ce mécontement communautaire par l'opinion internationale et tout usage excessif de force armée contre de tels manifestants civils serait un massacre ethnique, donc un génocide auquel le pouvoir ne survivra pas.
Abdoul.H18/07/2012 11:54:01
Sadio, maintenant je suis d'accord. Il y a des infos qui me manquaient, Pour nous les maifs, c'est spontanément que tout le peuple s'est levé pour une cause commune. Je dois admettre que nous autres sont parfois naifs ; j'étais de ceux qui applaudissaient les audits lancés par Dadis (je n'aimais vraiment pas CDD), pensant que c'est desormais le grand virage a 180 degres que le pays venait d'amorcer pour la premiere fois de son histoire. J'ignoraient qu'en réalité, le jeune capitaine était juste manipulé par Alpha et Sekouba, au profil de la cause mandingue (mais que lui-même ne se rendra compte que plus tard). Je suis cependant pas seul dans cette naiveté. J'ai rencontré par hasard un guinéen, à un aéroport d'un pays africain, il rentrait définitivement en guinée avec la certitude qu'il y a une nouvelle guinee, celle de Dadis.
Observateur18/07/2012 12:03:19
Je suis absolument d'accord avec l'analyse de Sadio. Ce n'est pas parce que les autres se mobilisent moins que les principales victimes doivent rester bras croisés. Si l'on fait la somme de toutes nos victimes à chaque manif isolée pendant 3 ans du régime fasciste malinké, on atteindra un chiffre qui ferait dégat comme si on se leve un jour et continue nos mouvements sans interruption pendant 4 jours. En une fois le bilan apparait élevé et le monde demande des comptes au pouvoir. Mais la stratégie de Cellou qui consiste à exposer les gens une fois chaque deux mois et sans suite ne conduit qu'à faire tuer nos parents inutilement.
Djikoro Kaba18/07/2012 13:07:33
J'apprécie énormément le réalisme intellectuel de Mr Diallo Kankalabé, sans planer sur un nuage, il décrit la réalité politique partout dans le monde avec objectivité en quelques lignes.
En politique, l’intérêt général passe par la carrière des hommes politiques d'abord, et cela est prouvé après chaque changement de régime, les dauphins du régime défunt deviennent des agneaux fidèles serviteurs du nouveau. C'est humain.
On nous parle d'intellectuels dans ce texte à commenter, c'est certainement ceux qui prennent leur fantasme politique pour une réalité qui en est autre sur le terrain. Si être intellectuel c'est savoir faire une bonne narration à noyer le poisson, je dirai non. Les réalités du terrain déterminent la conduite de toute politique, alors c'est pas ceux qui écrivent à flots qui sont forcement éclairés de ces réalités. Les intellectuels africains sont subdivisés, en copies d'ailleurs, en malhonnêtes déguisés, ceux qui bichent les thèses et ceux qui sont aveuglé par leurs aspirations et qui ignorent toute réalité de son environnement. C'est le cas aussi en Guinée, beaucoup vident leurs cartouchières dans le vide pour faire plus de bruit qu'apporter de solutions pour cause, ils sont passionnés qu’intellectuels.
Tiguidanke18/07/2012 13:25:24
guineens, lisez cet article et faites le publier avec les reactions de sadio Barry et celles des autres. sadio on te disait extremiste, c;est faux. Tu es un patriote combattant comme M Diallo lAMARANA. vOUS ETES COMBATTANTS DE LA PLUME. cONTINUEZ ET J'ESPERE QUE JE RENCONTRERAI m. diallo A nEW yORK. Les femmes de guinee sont fieres de vous. Bravo.
minerai noir18/07/2012 20:45:26
monsieur djikoro kaba

A ce rythme je finirais par vous faire une bise car j'avais du mal à vous comprendre alors que maintenant tout me paraît clair.Une seule chose par contre m'intrigue: c'est quoi un intellectuel pour vous? Vous avez utilisez cinq fois ce mot au cours de votre intervention.merci.
Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 20/11/17: Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat.
 19/11/17: Décès de El-Hadj Oumar Doungou Barry - Déclaration de la coordination nationale des fulbé et Haalipular de Guinée.
 14/11/17: Déficit de démocratie en Guinée – Sommes-nous tous coupables et responsables ?
 14/11/17: La radio Africa Midi a reçu samedi, 11.11.17, Mohamed Mara, journaliste à Espace Fm Guinée.
 14/11/17: „Chemin d’exil’’ : l’œuvre poétique de Mohamed Lamine KEITA préfacé par Siaka BARRY

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.
 01/03/15: Guinée: qui trompe le peuple, le pouvoir ou l’opposition ?

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques