Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Archives 5 |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Jeudi, 23 novembre 2017 12 : 50

Mansour Kaba et l’esclavage au Foutah Djallon

Par Mohamed Aly Thiam


Mohamed_Aly_Thiam.jpg
M. Aly Thiam

2013-08-17 06:58:33

Le 30 Juillet 2013, Monsieur Mansour KABA, ancien Ministre de la République, leader du Parti DYAMA annonce sur un site : « La creation d’un mouvement citoyen a but unique : l’abolition de l’esclavage au foutah djallon ».

Il s’agirait, selon ce très respectable homme d’Etat, citation : « Un puissant mouvement citoyen à but unique, à savoir l’abolition de l’esclavage au Foutah Djallon, doit être constitué partout, afin d’obliger les députés de la future Assemblée Nationale à voter une « Loi pour l’abolition de l’esclavage en République de Guinée ».

 Les philosophes enseignent que l'histoire des hommes est un long, très long cheminement de la conscience. Il est ponctué d’obstacles innombrables dont les principaux sont : ignorance, superstition, intolérance, injustice, déraison, fanatisme.

Monsieur Mansour KABA s’offre, courageusement, si ce n’est témérairement, comme le preux chevalier de la lutte contre cette obscurité de la conscience. De nouveaux travaux d’Hercule en perspective.

La lecture de son texte donne l’image d’un homme dont le principal talent serait de démêler la vérité imperceptible aux autres, en attisant la mêlée dans laquelle des hommes politiques en vaine quête d’audience jettent les populations guinéennes, en répandant l’huile sur le feu que des prises de positions politiques et ethniques allument çà et là.

Il fait ressurgir, si ce n’est une résurrection, des démons enfouis depuis des lurettes, convaincu qu’il s’attaque opportunément à une tragédie intolérable, exhumée et placée sous ses yeux comme par magie, sous la poussée de la conjoncture délétère actuelle, alimentée par  un fanatisme politique ambiant. Il  entreprend donc l’abolition de l’esclavage et la réhabilitation du supplicié.

Monsieur KABA semble ignorer la simple évidence que le temps a évolué en une mutation profonde et irréversible. Les sociétés esclavagiste et féodale ne sont plus et à jamais. Elles ont été éliminées sous le poids écrasant de la prise de conscience humaine forgée par plusieurs siècles d’histoire, pour parler localement, par plusieurs décennies de combats.

La raison est simple, si tant est qu’un rappel est nécessaire, elles ont été jugées trop cruelles et obsolètes.

Elles ont été vécues et perçues comme un exemple d’indignité humaine à bannir. Ayant contribué à la déshumanisation de l’homme, elles demeurent un fait indéniable de l’histoire universelle, mais vouées aux gémonies.

L’esclavage est une réalité de laquelle tout Etat moderne et démocratique, toute République se démarque et combat avec vigueur et  rigueur, parce que la conscience universelle veut que la tâche de l’homme soit de prendre en ses propres mains sa destinée, d’améliorer sa condition, d’assurer, d’embellir sa vie  par la liberté de sa volonté et par l’indépendance de ses choix, grâce à une bonne police  de la société, appelée bonne gouvernance et Etat de droit.

Dans ce sens et en raison de la forte compétitivité qui habite chaque homme, la vie en commun ne serait pas possible sans une convention où chacun trouve son compte. Bien que s’exprimant par des lois particulières à chaque pays, la justice, qui garantit cette convention, est  universelle. Elle existe heureusement dans notre pays malgré ses difficultés et les tares de toutes sortes dont elle est affligée.

Il est à retenir que tous les hommes devraient être capables d’en concevoir l’idée et de vouloir en jouir en toute égalité, d’abord parce qu’il est indéniable que tous les hommes sont des êtres dotés de raison, ensuite parce qu’ils sont tous capables de comprendre que ce qui est utile à la société est utile à chacun de ses membres.

La vertu, « commerce de bienfaits, leur est dictée à la fois par le sentiment et par l’intérêt ». A cet égard, le rôle de la morale, comme de la religion et du droit, selon Voltaire, est d’enseigner les principes de cettepolice,  afin que chacun s’accoutume à les respecter.

Monsieur Ment Sourd KABA semble dénier cette essence humaine à‘’ces esclaves’’ du Fouta qui acceptent la fatalité de se laisser chosifier.

Monsieur KABA, dans un questionnement, qu’il martèle par quatre ‘’Savez-vous’’, rappelle à tous ceux qui vivent sur le territoire de la République leur cécité et leur surdité de n’avoir pas vu et entendu des esclaves gémissant sous le poids de maîtres impitoyables et arrogants. Il ne conjugue pas le verbe savoir à l’imparfait, il emploie le présent de l’indicatif pour indiquer que le champ de sa certitude coïncide avec celui de la réalité que nul autre que lui ne saurait appréhender, ni même simplement percevoir.

En réponse à ses propres interrogations,  Ment Sourd KABA écrit ‘’Oui. Allez au Foutah Djallon, visiter les « Rundè » et les « Foulah-so » pour constater de visu les conditions de vie et de travail de ceux qui ont été soumis à un système d’esclavage inhumain, dégradant et mesquin, depuis la victoire des Peuhl islamisés à la bataille de Talansan en 1730 contre les Peuhl, les Maninka et les Djallonka, alors animistes’’.

Des faits importants sont absents du questionnement de Monsieur KABA.

1.      Par exemple, il a été depuis des décennies leader de Parti politique, Ministre de la République, pourquoi ce serait seulement maintenant qu’il retrousse les manches pour tirer l’esclavage au Fouta Djallon de l’oubli, qu’il le sort du dessous du voile qui le recouvre pudiquement.

2.      Monsieur Ment Sourd ne spécifie pas qui serait esclave et qui serait maitre d’esclaves. Il attribue le fait à une région où il oppose une ethnie à d’autres, faisant de l’une la privilégiée et des autres des personnes assujetties, dépendantes, incapables de relever leur échine, de se mettre debout et de secouer le joug qui les oppresserait. Il leur faut, de l’avis de Monsieur KABA, le secours des autres provenant d’autres régions qui ont la vertu innée et la conscience  de leur humanité et de leur mission libératrice.

3.      Il relate et stigmatise des agissements précis, des comportements qui sont inhérents, non pas au seul esclavage, mais ont une relation avec des faits répréhensibles, condamnables. Il mentionne :

a.      à la fin de ce saint mois de Ramadan, en ce XXIe siècle, et en République de Guinée, des compatriotes vont aller saluer d’autres compatriotes en se courbant à « quatre pattes » devant ceux-ci, qui sont considérés comme « nobles » ;

b.      certains citoyens Guinéens sont obligés, du fait de leur état d’esclaves, de sacrifier des boucs noirs à la place du bélier blanc du Prophète Abraham ;

c.      et en République de Guinée, des Erudits en sciences coraniques ne peuvent pas diriger la prière des croyants, du fait de leur état d’esclave ou qui sont confrontés au refus de certains coreligionnaires qui se disent « nobles », de prier derrière un Imam d’origine esclave.

Ment Sourd KABA dénonce ainsi ce qu’il appelle ‘’ un système d’esclavage inhumain, dégradant et mesquin’’. Ce système a sa place ‘’ en République de Guinée’’.

Il convient de noter qu’aucun des faits mentionnés plus haut par Monsieur KABA n’est l’apanage de la seule région du Fouta Djallon. Ils sont les séquelles résiduelles de notre histoire et condamnés à se désagréger et à disparaitre inéluctablement.

N’est-il pas courant que des couples qui veulent se  marier se heurtent à des oppositions parce que l’un appartiendrait à une caste jugée inférieure ? N’est-il pas constant que des cimetières séparés sont réservés à des familles, que des places et positions sont convenues pour des familles dans toutes les régions de Guinée ?

Bien mieux, entre ‘’Roundé’’ et ‘’Foulah So’’, des mariages n’ont-ils pas unis des ‘’Captifs’’ et des ‘’Princes’’ dans de solides liens de parenté. Doit-on ignorer ce facteur d’unité et de concorde ?

Monsieur KABA se rend-il compte que la manipulation, à laquelle il prend un plaisir cynique,  aura pour effet de semer dans la mentalité de la jeunesse le venin corrosif du complexe de supériorité d’un côté, et celui d’infériorité de l’autre, creusant ainsi un gouffre entre des citoyens confinés par leur destin commun à coexister dans un espace dont ils sont cohéritiers sempiternellement indivis. ?  

La question alors est : sommes-nous en REPUBLIQUE, quand on sait que République et esclavage sont absolument antinomiques?

La question est d’autant importante qu’il est impératif de se mettre d’accord sur l’acception de Système et d’Esclavage employés par Monsieur KABA..

 ‘’Système’’ pourrait s’entendre philosophiquement d’un ensemble abstrait d’éléments coordonnés par une loi, une doctrine. D’un point de vue politique ou juridique, ‘’système’’ a la signification d’organisation politique, sociale et économique, c’est-à-dire un mode de gouvernement assis sur un ensemble d’institutions, de procédures et de moyens de coercition.

Quant à ‘’Esclavage’’ serait-ce l’état, la condition de l’esclave, c’est-à-dire la situation ou le statut d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux ?

La réponse affirmative conduirait à inférer qu’un esclave est un individu privé de liberté, soumis à l’autorité systémique d’une personne ou d’un Etat, contraint au travail forcé par un système de coercition, avec la conséquence que cet individu peut être acheté et vendu comme un objet, moins bien traité qu’un animal et peut subir la torture, la violence et tous abus, y compris sexuels.

Sous cet éclairage, l’esclavage ne se conçoit-il pas comme l’état d’une personne qui se trouve sous la dépendance absolue d’un maître à qui le pouvoir d’Etat a conféré la possibilité de l’utiliser comme un bien matériel ?

L’esclavage est la situation de privation de liberté d’une frange de la société par des hommes, dans le but de les soumettre à un travail forcé, du moins non rémunéré.

Juridiquement, l’esclave est une propriété de son maître. Cette propriété est garantie par un système étatique qui oppresse, qui enserre l’individu dans un corset de lois et de méthodes coercitives.

Monsieur KABA doit-on penser que la République de Guinée est dans ce cas de figure, c’est-à-dire admettant un système juridique et socio-économique fondé sur le maintien et l’exploitation de l’homme par l’homme et s’enracinant dans la conjoncture où un groupe d’hommes privilégiés de la fortune et d’un système constitue en sa faveur une classe d’esclaves ?

En y réfléchissant en profondeur, sans passion, ni restriction mentale,  Monsieur KABA, la situation que vous dénoncez correspond-elle vraiment à un système pensé, voulu et délibérément maintenu?

Si la réponse est affirmative, qui précisément au Fouta est responsable ? S’il y en a, ce serait admettre la preuve de la déliquescence de l’Etat guinéen, de l’indifférence et de la complicité tacite des organes de la puissance publique, laquelle dispose de services d’information et de coercition dont le rôle est justement de prévenir et de réprimer les actes prohibés et incriminés, tel le fait d’esclavage.

Rétrospectivement, en partant de la Guinée coloniale, en passant par la période des indépendances, Monsieur KABA veut-il dire que l’abolition de l’esclavage par la France colonisatrice le 27 avril 1848, la Convention internationale de 1926 relative à l’abolition de l’esclavage, la Déclaration Universelle des droits de l’Homme de 1948, la Convention supplémentaire de 1957 de l’ONU relative à l’abolition de l’esclavage,

 la loi nº56-619 du 23 Juin 1956, dite loi Gaston Defferre et subséquemment son arrêté d’application signé de Fodéba KEITA, Ministre de l’Intérieur du gouvernement de la loi-cadre, en date du 31 Décembre 1957, portant suppression de la chefferie dite traditionnelle et les Constitutions successives de la République, n’ont donc pu venir à bout de l’esclavage comme système ?

Les personnes victimes de ce crime contre l’humanité sont-elles à ce point, en cette ère des technologies de l’information faisant du monde un village planétaire, marginalisées qu’aucun membre de leurs communauté n’est imprégné des mécanismes et règles qui favorisent l’extinction de ce fléau ?

En écrivant et en publiant ceci : ‘’Oui. Allez au Foutah Djallon, visiter les « Rundè » et les « Foulah-so » pour constater de visu les conditions de vie et de travail de ceux qui ont été soumis à un système d’esclavage inhumain, dégradant et mesquin, depuis la victoire des Peuhl islamisés à la bataille de Talansan en 1730 contre les Peuhl, les Maninka et les Djallonka, alorsanimistes’’, Monsieur KABA ne confondrait-il pas esclavage et discrimination pour s’engager dans une propagande à caractère subversif, fortement teinté de racisme et de régionalisme.

On ne peut, en effet, nier le fait de discrimination pratiqué avec ostentation ou secrètement, pis encore hypocritement. Ce n’est pas exclusif ou spécifique au Fouta et, dans une vaste mesure, à la Guinée.

De deux  choses l’une, ou Monsieur KABA ne sait pas de quoi il parle quand il emploie ‘’système d’esclavage’’ ou bien il a des visées tendancieusement déstabilisatrices, nourries par la haine ethniques qu’il ne cache pas du reste.

Or, la Constitution dispose : ‘’ Article 4: La loi punit quiconque par un acte de discrimination raciale, ethnique, religieuse, par un acte de propagande régionaliste, ou par tout autre acte, porte atteinte à l'unité nationale, à la sécurité de l'Etat, à l'intégrité du territoire de la République ou au fonctionnement démocratique des Institutions’’.

Pour la répression le Code pénal en ses articles 137, 138, 139 punit de peines de prison et d’amende les actes prévus dans la disposition constitutionnelle susvisée, sans parler de l’atteinte à l’unité nationale.

De la lettre et de l’esprit de législation pénale guinéenne, il ressort que le régionalisme et le racisme trahissent un état d’esprit consistant en des :

§  discours, cris, menaces proférés en public ;

§  écrits ou imprimés vendus ou distribués.

§  Affiches ou placards.

Cet acte, accompli soit par écrit, soit dans des lieux publics, soit exposé aux regards du public, peut se traduire par une attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Tâche à laquelle se vouent laborieusement Ment Sourd.

C’est en application du principe d’égalité juridique  des citoyens  comme l’idéal moral de la nation démocratique  que le législateur guinéen a interdit et incriminé la pratique du racisme et du régionalisme.

L’analyse faite plus haut montre que Monsieur KABA, dont la culture aurait dû être aussi vaste que le permet l’usage de l’équerre, du compas et de la règle, outils nécessaires aux tracés d’architecture, n’a rien compris à la structure sociologique de la Guinée. Il ne distingue pas l’essence de la réalité de son apparence. Il appartient encore à la grande catégorie des personnes dont la connaissance se limite à la croyance que c’est le soleil qui tourne au tour de la terre.

En applaudissant d’aventure la thèse esclavagiste de Ment sourd KABA, il ne peut s’agir de concevoir et élaborer une nouvelle loi, mais d’établir les faits, d’y procéder au cas par cas, pour mettre en évidence les pratiques abominables consistant à aliéner la liberté de personnes, à soumettre des citoyens, en abusant de leur vulnérabilité, à des conditions de vie et de travail incompatibles avec la dignité.

Une fois les faits établis, puisque par la grâce de Dieu le Code pénal comporte des dispositions répressives relatives à l’esclavage, saisir les tribunaux pour le châtiment des coupables, conformément aux articles 5, 8 et 9 de la Constitution.

Voilà Monsieur KABA, au lieu vitupérer contre une ethnie ou une région, de répandre la poudre de la haine ethnique et de la discorde dans le sein de la Nation, l’œuvre utile, citoyenne que recommande l’article 22 de la Constitution qui dispose : ‘’Chaque citoyen a le devoir de se conformer à la Constitution, aux lois et aux règlements’’.

           Pour la paix et l’unité nationale, le mieux à faire, Monsieur Ment Sourd KABA est de vous taire ! Motus et bouche cousue, dit-on et fermons la boîte à Pandore.

MOHAMED ALY THIAM

 

Articles recommandés :

1- Vous mentez, M. Kaba Mansour !

2- Mansour Kaba et le nouvel empoisonnement en perspective en Guinée

3- Dr. Mamadou Baïlo Camara : un autre Docteur de France qui rappelle tristement les qualités médiocres d’Alpha Condé !

4- Mansour Kaba «koungbè» : l’ethno obtus qui se fout du Fouta !

5- Amadou Diallo répond à Monsieur le Docteur Chercheur Enseignant Mamadou Baïlo Camara

6- Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?


 

8 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

Elhadj Bah17/08/2013 07:06:29
Le Fouta et les Peuls ont aidé les ancêtres et le Kabila de Mansour d'avoir de la considération dans leur région. Qu'il continue son ingratitude et ses provocations contre nous. Nous finirons par les démystifier en ouvrant les livres secrets de sa famille.
amadou17/08/2013 07:58:39
le probleme est que vous avez donner beaucoup de consideration a l'article de mansour kaba des trucs comme sa faut eme pas ecouter mais la je pense qu'il est fiert dans sa peau du faite qu'a lui seul il fait remuer toute une communauté
Ama17/08/2013 19:24:42
Laamou maninka noo moossi noomeeti no djaassi few.
DK17/08/2013 21:33:39
Être ou non esclave de nos jours en Guinée relève de l'état d'esprit et ce n'est pas forcément celui qu'on crois. L'esclave aujourd'hui c'est cette personne bourrée de complexes qui rumine intérieurement sa haine, n'hésitant pas à mentir, manipuler. Bref un prototype de l'esclave moderne est mansour kaba qui avec cette sortie montre qu'il n'a rien d'un noble mais tout d'un serf dont le cœur et l'âme sont nourris de préjugés. L'instruction, l'argent et l'expérience qu'il a acquis, il ne les utilise pas pour s'élever en répandant le bien, la concorde, l'amitié et même la science autour de lui. Non, c'est l'esprit de chaos, du parvenu, qui fait honte à ses ancêtres qui ont créé un nom par leurs actes dans le passé. Lui, il a juste hérité d'un nom qu'il piétine aujourd'hui en foulant aux pieds ce qui fonde les principes et les valeurs chevaleresques où la vérité l’honnêteté, la sincérité, le refus de la compromission sont des principes cardinaux. Honte à ce vieillard. Qui par choix a décidé de se sentir esclave.
Aissatou kourouma18/08/2013 00:09:51
Article tres bien écrit. Félicitations Mr thiam. Un langage clair et concis et des idées bien agencées.

Ce monsieur kaba à un un réel problème.et il est un danger pour la Guinée.
Ke dieu nous épargne de ces haineux.
Oumar Kaba18/08/2013 04:04:12
Mr Thiam, c'est avec beaucoup d'intérêt que je parcouru votre réplique a l'article provocateur du doyen Mansour "koungbè", comme l'a nommé un internaute. Il faut oser le dire, le doyen s'est livré a une provocation gratuite contre toute une communauté. Les raisons de cette provocation sont difficiles a cerner tant le moment est inopportun. Votre réaction prouve a suffisance votre connaissance de l'histoire de notre pays pour ne pas dire l'histoire tout court. Je ne voulais pas réagir mais il est de mon devoir tout comme de celui de tout digne fils de Nabaya de ce désolidariser du doyen qui par ses propos "insensés" ne fera qu'attirer des ennuis au valeureux Maninka-Mori qui ont beaucoup de valeurs en commun avec le Fouta. En tous les cas, les propos belliqueux vieux n'engagent que sa personne. Ne dit-on pas que "... quand on sait que sa parole ne vaut pas mieux que le silence, il vaut alors mieux se taire..."?
barrybouka18/08/2013 12:41:26
Ment et Sourd
Halte et respecte ton âge.
Diallo20/08/2013 16:08:35
Parlez nous de l'esclage en Haute Guinée. Parlez nous du malefique Mansour Kaba. Parlez nous de son indigne famille; pour que les guinéens sachent qui est ce enregumène. SVP ne jouer pas à son jeu en cherchant à vous justifier. Tout le monde connait la noblesse du peuple du Foutah. Montrez à ce prostitué de Mansour Kaba que nous le connaissons et que nous connaissons son indigne famille. Demistifier nous ce bilakoro intellectuel.
Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 22/11/17: Africa Midi: Emission spéciale sur la question d’esclavages d’Africains en Libye (mercredi 22/11/17 à 20 GMT)
 20/11/17: Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat.
 19/11/17: Décès de El-Hadj Oumar Doungou Barry - Déclaration de la coordination nationale des fulbé et Haalipular de Guinée.
 14/11/17: Déficit de démocratie en Guinée – Sommes-nous tous coupables et responsables ?
 14/11/17: La radio Africa Midi a reçu samedi, 11.11.17, Mohamed Mara, journaliste à Espace Fm Guinée.

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.
 01/03/15: Guinée: qui trompe le peuple, le pouvoir ou l’opposition ?

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques