Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Archives 1 |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Mardi, 21 novembre 2017 07 : 50

Chefferie de l’opposition en Guinée: Cellou Dalein est-il candidat à sa propre succession ?


2015-02-03 02:16:44 

La mascarade présidentielle guinéenne de2010 sera-t-elle rééditée en 2015? C’est probable. A quelle date précise ? Seul  AC (Alpha Condé) le sait car c’est lui qui maitrise le calendrier électoral. En face de lui, on ne voit pas encore grand-chose. A côté de lui, il y a son collaborateur CDD (Cellou Dalein Diallo), plus rassuré que rassurant, désigné chef de file de l’opposition c’est-à-dire presque rien !

Dans la situation actuelle où tout est foncièrement faussé (fichier électoral truqué, opérateur technique non fiable, Commission Electorale Nationale dite « Indépendante » mais inféodée en réalité, etc.) le résultat du match est connu avant qu’il ne soit joué: AC conserve la coupe volée. Soit il gagne dès le premier tour en écrasant frauduleusement ses adversaires, soit il bat, après un second tour factice pour amuser la galerie, l’adversaire de ses rêves, l’Honorable Mamadou Cellou Dalein Diallo. Ainsi, AC et CDD pourront fêter leurs victoires respectives car chacun est candidat à sa propre succession et donc assuré de ne rien perdre: le premier conservera la Présidence de la République confisquée en 2010 et le second se maintiendra à la présidence de l’Ufdg et se contentera du statut de chef de file de l’opposition, transformant ainsi un CDD (contrat à durée déterminée) en CDI (contrat à durée indéterminée).

Il faut donc tout faire pour éviter ce scénario cauchemardesque. L’unique solution pour sauver la Guinée est de faire partir AC. Comment ?

Il y aurait deux façons de se débarrasser d’AC :

-          Créer les conditions d’une élection libre et transparente. Il appartient à l’opposition -la vraie- de se retrouver et de s’entendre pour exiger et obtenir la révision intégrale du fichier électoral, le choix d’un nouvel opérateur technique à la fois compétent et neutre, la recomposition de la CENI pour la rendre effectivement indépendante, la mise en place de la Cour Constitutionnelle et de l’Institution Nationale des Droits Humains (sans falsification et dans le respect des lois de la Constitution adoptée par l’ancien Conseil National de Transition) ainsi que la supervision du vote par des observateurs étrangers. Cette démarche a peu de chance d’aboutir car AC étant trop sale pour remporter une élection propre, il n’acceptera jamais le démantèlement de sa machine à tricher.

-          Se mobiliser massivement pour pousser AC vers la sortie. Tout pourrait se jouer à Conakry où une manifestation massive et permanente peut en peu de temps faire fuir le dictateur Condé qui a déjà assuré financièrement ses arrières. C’est la meilleure façon d’opérer un déblocage politique en Guinée.

Bien entendu, pour libérer la Guinée des griffes d’AC ce n’est certainement pas sur CDD modèle 2015 qu’il faut compter. Cellou Dalein a montré ses limites d’opposant en aidant AC à se relever à chaque fois que ce boiteux est sur les genoux.

Que chacun observe bien le comportement de CDD ces derniers temps.

Qu’est-ce qu’un leader de l’opposition qui fait du mutisme son arme de prédilection ? AC viole quotidiennement la Constitution. Pourquoi CDD ne dénonce pas, ne serait-ce qu’hebdomadairement, ces violations au lieu de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale sur d’autres futilités ? Ne dispose-t-il pas, en sa qualité de député, d’une tribune à l’Assemblée « nationale » ? AC détourne des fonds ; CDD se tait. AC fait tuer de prétendus militants de l’Ufdg ; CDD se terre profondément. Le régime d’AC détient arbitrairement des prisonniers politiques ; CDD s’en accommode aisément. AC casse ethniquement le séculaire Fouta-Djallon ; CDD n’en dit aucun mot et approuve, de ce fait, cet acte antinational. Une discrimination abjecte frappe la communauté peule de Guinée; CDD, pour soi-disant prouver qu’il est au-dessus de la mêlée, n’ose pas s’en mêler.

Avec un tel chef de parti, la partie est loin d’être gagnée. Ne vient-il pas d’affirmer dans une récente interview au journal français « Libération » que des fraudes massives interviendront de toute manière lors des prochaines élections municipales et présidentielle ? Voilà le genre d’aveu qui trahit une forme de fatalité presque souhaitée.

Franchement, je ne vois pas comment ce monsieur, sympathique au demeurant, peut être crédible pour changer quoi que ce soit en Guinée. Il a avoué lui-même, dans l’interview précitée, avoir été accueilli fraichement par la « Cellule Afrique » de l’Elysée, ce qui signifie, en d’autres termes, que personne ne croit maintenant en ses capacités à gouverner son pays. Lorsqu’on est reçu froidement dans des locaux qui n’ont pourtant aucun problème de chauffage, c’est qu’on n’est plus en odeur de sainteté auprès de ses hôtes.

La réalité du passage éclair de CDD à Paris est plus claire : il n’a pas été accueilli par ceux qu’il voulait comme interlocuteurs. On l’a écouté mais est-il sûr d’avoir été entendu ? En politique on ne s’entend qu’avec celui qui sait se faire entendre. Déjà peu crédible, il devient de moins en moins audible. Il sera bientôt de plus en plus invisible. Pour l’instant il est comme une luciole : on la voit dans l’obscurité mais sa lumière est insuffisante pour trouver un chemin.

Parait-il qu’on a promis à CDD, en récompense de sa posture douce et malléable de collabo, qu’il succédera en 2020 à AC. Je ne sais pas qui est à l’origine de cette promesse qui traduit le degré zéro de la politique que même «Charlie Hebdo» serait incapable de caricaturer. En face d’AC qui ne comprend qu’un langage musclé il faut vraiment être un « charlot sans abdos » pour croire à de telles inepties.

Personnellement, je n’ai rien contre la personne de Cellou. J’aime bien l’homme mais c’est le politicien qui m’inquiète au point que je n’éprouve aucun besoin de l’interpeller. Peut-être qu’il fait son maximum mais ce maximum étant nettement inférieur au minimum exigé, il serait bien inspiré de passer le flambeau à une autre personne. Parmi ceux qui l’entourent, rares sont ceux qui lui disent la vérité. Ce n’est pas en l’appelant « Elhadj » par-ci ou « Président » par-là tout en le critiquant par derrière qu’ils vont l’aider à renforcer l’Ufdg. Avec des sympathisants désabusés, des militants fatigués et des courtisans désorientés, ce parti ne semble pas au mieux de sa forme. Certes, il est le plus grand parti du pays mais avec Cellou à sa tête, il apparait plus populeux que populaire.

L’Ufdg est obèse, ce qui n’est pas un signe de bonne santé. Il lui faut du muscle c’est-à-dire une direction intelligente, dynamique et combative, sachant anticiper et apte a élaborer un projet de société intéressant et intelligible pour tous.  

En nouant à travers toute la Guinée des alliances solides en 2010, CDD avait incarné l’espoir ; en ne résolvant pas les problèmes au sein même de son propre parti, il est devenu un problème. Maintenant qu’il nous a administré la preuve de son inaptitude à créer une dynamique pour une alternance crédible, il constitue un boulet.

Je ne sais pas encore qui pourra sortir la Guinée de sa situation actuelle mais je sais au moins ceux qui ne pourront que la maintenir au fond du  tunnel.

Heureusement, de vrais combattants pour le changement se préparent activement pour dégager AC et ses complices. De sérieux indices me confirment que l’espoir est permis. 

Je vous salue !

Ibrahima Kylé DIALLO

Responsable du site www.guineeweb.net


 

21 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

Edouard03/02/2015 07:06:18
Contrairement à certains courants de pensée, il est bien possible à l'opposition en Afrique, d’envisager une candidature unique dans un scrutin présidentiel à deux tours. Les Partis d'opposition du Nigeria et du Togo sont à pied d'œuvre pour appliquer une telle stratégie dans leurs scrutins respectifs déjà programmés en 2015. En Guinée, il suffira à l’opposition plurielle, d’une petite volonté de mise en veilleuse des égos, et surtout d’un courage et d’une humilité exemplaire de se mettre en retrait, pour catalyser le ralliement de tout l’électorat des autres régions naturelles du pays, autour d'un candidat consensuel et autour de l’objectif principal: le départ d’Alpha Condé par les urnes.

Un processus qui pourrait servir de référence à l'opposition en Guinée, a déjà été mis en place au Nigéria où le scrutin s’annonce très serré le candidat unique de l’opposition, Mohammed Bouari et le président sortant, Jonathan Goodluck. Une disposition similaire est aussi en gestation au Togo dont l’élection présidentielle est programmée pour le mois de Mars, 2015. Lisez plutôt dans cet article que Jeune Afrique publie à cet effet, l’acte posé par l’ancien premier ministre Togolais Agbyom Kodjo récemment plébiscité pour la candidature de son Parti:

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150202121705/agb-yom-kodjo-pr-sidentielle-togo-2015-faure-gnassingb-pr-sidentielle-togolaise-2015-togo-l-ex-premier-ministre-agb-yom-kodjo-refuse-l-investiture-de-son-parti.html

Comme je le disais dans une réaction à un article paru dans ce médium, le rêve d’Alpha Condé est de voir en face de lui, au premier tour, soit une pléthore de candidats, soit une candidature unique de l’opposition autour du « Chef de l’opposition », Cellou Dalein Diallo. Avec l’appui de toutes les structures administratives, militaires et sécuritaires de la Guinée, avec le détournement et la réallocation des fonds d’aide pour l’éradication de la fièvre à virus Ebola et des autres ressources financières, à un budget de campagne RPG-arc-en-ciel, Alpha Condé a déjà verrouillé tout le processus électoral de 2015. Il se fera déclarer vainqueur par la CENI dès le premier tour, sans souci de répercussions quelconques. Si l’objectif est de faire partir Alpha Condé par les urnes, je suis de ceux qui pensent qu’en plus d’exiger la transparence absolue du processus électoral, l’opposition plurielle devrait plutôt développer la stratégie gagnante d’une candidature unique autour d’un candidat de consensus autre que Cellou Dalein. Bien que professionnellement très compétent, Cellou dont j’admire l’humanisme inégalé et la compétence professionnelle, ne semble pas à mon avis, être politiquement étoffé au plan de la personnalité, pour faire jeu égal avec Alpha Condé dans les situations de crises qui s’annoncent à l’issue de l’élection présidentielle de 2015.
kadiatou barry03/02/2015 14:51:06
Un très bon texte très captivant du début à la fin avec un tel humour, on en rirait par moment si le sujet n'était pas aussi grave. En effet ce que je relève de très intéressant est ce passage:«Peut-être qu’il fait son maximum mais ce maximum étant nettement inférieur au minimum exigé, il serait bien inspiré de passer le flambeau à une autre personne», voilà ce qui serait salutaire pour les guinéens. Et on a bien hâte de connaître ces nouveaux combattants sinon il y a de quoi désespérer.
Hawa Bah03/02/2015 18:25:01
Lui au moins nous fait rire en disant ce qu'il faut. Merci monsieur Kylé Diallo.
Doumbouya03/02/2015 19:10:40
Merci Big Kylé! Tu es le King de la plume guinéenne.
SADIO BARRY03/02/2015 21:32:38
Mon cher Edouard,

le modèle togolais ni celui nigérian n'est applicable à la Guinée d'aujourd'hui. Au Togo, le dictateur avait réussi à faire comme Paul Biya au Cameroun: Scrutin uninominal majoritaire à un seul tour qui donne la chance au pouvoir face à une multitude de candidats dans l'opposition. Sans tricher, le dictateur impopulaire qui a son électorat uni et les faveurs de l'Etat a toujours la chance d'avoir le plus grand score au premier tour à cause des candidatures multiples de l'opposition. Cette culture électorale s'est établie au Togo. Là, la chance de l'opposition dont la combinaison des voix est supérieure à celle du dictateur est de s'unir aussi derrière un seul candidat.
Au Nigéria, c'est un peu à l'Américaine je pense, avec des primaires qui conduisent au choix de deux candidats qui s'affrontent pour la Présidence. Ce modèle peut bien marcher en Guinée si cela est établi par la Constitution. Mais dans la logique actuelle où chaque région ou ethnie vote en bloc un des leurs, un candidat unique veut dire le retrait de certaines communautés régionales ou ethniques du processus électoral, conduisant à la satisfaction du projet apartheid mandingue du RPG et de son allié de circonstance Facinet Touré. Ce projet a visé la communauté peule. Donc, s'il faut une candidature unique, ce sont tous les autres qui doivent s'unir pour donner un signe républicain au RPG et aux racistes mandingues en choisissant un candidat PEUL. Toute autre option serait fatale au principe de la République en confortant le nazisme anti-peul d'Alpha Condé et ses complices. Ni les Peuls ni les démocrates guinéens n'accepteront cela. Car, à cause de la tribalisation de l'administration, de la pensée politique et sociale en Guinée par le RPG-arc-en-ciel, ce modèle conduirait à un duel entre deux ethnies ou deux régions. Les autres vont massivement s'abstenir en ne se sentant pas trop concernés, d'autant plus que le RPG fera usage massif de la violence et des avantages du pouvoir contre le groupe communautaire adverse et pour corrompre les autres en même temps. Par contre, si au premier tour chaque région présente au moins un fils comme candidat, cet électorat ne pourrait aller au RPG qui n'aura que la Haute Guinée comme zone de victoire certaine. Là aussi. à cause de la déception et de la démystification d'Alpha Condé, il n'est pas exclu que les Malinkés se donnent la chance avec un autre leader plus acceptable. Donc, Alpha Condé devrait déjà craindre de ne pas pouvoir aller au second tour. Car, si le RPG cherche à tricher en Forêt, ils auront un conflit ouvert avec enfants de cette région qui soutiennent un des leurs. Pareil au Fouta et en Basse Côte. Donc ce serait un risque majeur pour Alpha et son parti de vouloir gagner une zone ailleurs qu'en Haute Guinée. A la fin, le RPG pourrait être réduit à son véritable poids (10 à 12%)plus le bonus du pouvoir (3 à 5%) pour être troisième ou perdre sa place à Lansana Kouyaté. Avec un tel score et :

1- le non report du second tour cette fois-ci
2- la mobilisation des opposants derrière celui qui ira au second tour

Alpha Condé sera une histoire ancienne pour la Guinée.

Cette personne qui ira au second tour ne sera pas forcément Cellou Dalein cette fois-ci. C'est le vœux du RPG et la crainte de toute l'opposition. S'il plait à Dieu, nous serons au cœur du processus cette fois-ci. Nous présenterons un plan de sortie de crise qui mettra fin au règne d'Alpha Condé cette fois-ci, d'une manière ou d'autre, dans l'intérêt supérieur de tous les Guinéens. Permettez-moi de ne pas de ne pas en dire plus ici !
Bangaly Traore04/02/2015 15:05:30
Pourquoi pas l'ex- ministre de la reconciliation et fondateur de l'Ufdg Bah Oury face a Alpha. Conde en 2015..

La verite. est que aucune difference entre le regime ethnique et corrompu d'AC et le bureau politique de l'Ufdg...L'entourag d'AC 50% d'anciens ministres de Pup et anisi que dans l'entourage de El CDD 50% ancien ministre pup d'autres sont de----s..Koto Kyle j'ai beaucoup de respect et de consideration pour vous j'ai toujours votre E-mail depuis 2010.. Ma Question a Mr Kyle. Diallo...Avec quel Candidat pour degager le burkinabe a la tete de notre pays en 2015??.
baldé04/02/2015 15:32:44
Mr Sadio barrty,je vs comprend pas ds vos analyses,il y'a quelques jours ds un autre article vs dites que cellou n'est pas le candidat idéal pr la candidature unique évoquant l'échec de 2010.et ds ce recent article vs soutenez une candidature des fils de chaque région.si tel est le cas vs pensez qui sera au second tour face à alpha condé parce que lui AC il ira au second tour obligatoire et seule personne qui peut aller au second tour grace au soutien de ses militants c'est CDD.Sidya a eu ses 10 deputés que grace au soutien de l'UFDG et c'est ça la verité
Edouard04/02/2015 17:47:48
Mon Cher Sadio,

Je regrette de ne pas être au même niveau de lecture que vous en ce qui concerne les scrutins électoraux au Togo et au Nigeria. Je voudrais d’abord préciser que dans ces deux pays, le scrutin présidentiel est bel et bien à deux tours et n’est non plus, pas uninominal. Tous les candidats des partis politiques légalement constitués et enregistrés, qui remplissent les critères d’éligibilité peuvent se présenter à l’élection présidentielle. Vous pourrez vous en convaincre en vous transportant sur:

http://africanelections.tripod.com/index.html
http://africanelections.tripod.com/tg.html
http://africanelections.tripod.com/ng.html

Si au Nigeria, deux candidats seulement sont publiquement repérables, il convient de préciser cependant que le scrutin présidentiel de 2015 connait la participation de 11 candidats présentés par 13 des 26 partis politiques enregistrés. Je crois savoir qu’à l’image du system électoral américain, l’on parle d’élections primaires lorsque les candidats sont issus de la même formation politique et s’affrontent pour briguer la nomination de leur parti. Tous les grands partis le font en Amérique, même si le phénomène n’a de publicité qu’avec les Démocrates et les Républicains. Au Nigeria, où l’on doit signaler au passage, l’existence de plus d’une centaine de partis politiques (dont 26 enregistrés), Mr Goodluck et Mr. Buhari n’ont pas été désignés par le biais d’élection primaire à proprement parler. Ce sont des partis politiques de dénomination différente qui se sont retrouvés, au sein de certaines alliances pour les uns, pour discuter et s’entendre sur leurs choix de candidatures respectives.

Au Togo, je suis d’avis que Faure a été porté au pouvoir par l’armée à la disparition de son géniteur, Etienne Gnassingbé Eyadema, et que cette intronisation a été facilitée par les institutions étatiques mises en place par ce dernier. Par après, et suite aux critiques acerbes et aux menaces de la communauté internationale, Mr Faure a dû se mettre stratégiquement en retrait, avant d’organiser des élections en 2005, puis en 2010; il est en passe de briguer un troisième mandat en 2015. Pour les élections de 2015, Mr Faure souhaite vivement être confronté à la pléthore de candidats qui se dessinent malheureusement à l’horizon et qu’il battra sans efforts, à plate couture. La démarche de l’opposition pour une candidature unique au Togo s’inscrit précisément dans ce cadre et dès le départ.

Je pense donc qu’il y a une similitude de contexte politique et juridique dans ces deux pays avec le cadre politique guinéen.

Du fait de l’existence de plusieurs entités ethniques, culturelles,et illettrées en plus dans leur majorité, les populations dans nos pays et surtout en Guinée, n’ont pas une lecture intellectuelle ou idéologique du processus électoral. Elles ont donc tendance à s’aligner par rapport à leur affinité ethnique, linguistique ou culturelle, qui n’est par ailleurs qu’une réfraction des critères plus ou moins affichés d’adhésion aux partis politiques de leur choix. Selon les données statistiques dont nous disposons, la loi des nombres pointe inéluctablement et principalement sur une confrontation post-électorale entre Peulhs et Malinkés, qui constituent non seulement les deux « grandes » ethnies, mais aussi l’ossature humaine de l’UFDG et du RPG, les plus grands courants politiques opposés en Guinée. A ce niveau précisément, il faut faire remarquer que du fait du non alignement de tous les Peulhs et de tous les Malinkés derrière l’UFDG et le RPG, respectivement, des efforts devraient réunir au sein d’un mouvement transversal qui coalesce toutes les autres composantes humaines du pays, ceux qui ne se reconnaissent pas dans la philosophie polarisante de ces deux formations. Encore une fois, une candidature unique issue d’un tel mouvement pourra facilement faire sauter Mr. Alpha Condé au premier tour, si élection il y a.

Je pousserai l’enveloppe cependant, en disant que du fait de la polarisation du débat politique en Guinée, l’idéal serait de soutenir un candidat unique consensuel non Malinké et non Peulh. A l’état actuel de la polarisation du débat politique, toute candidature peulh sera instinctivement prise à partie par les malinkés, et vice versa. En raison de leur influence numérale, l’on risque d’assister à un match interminable de ping-pong, au détriment de la paix durable et du développement socio-économique du pays. Il faudrait surtout souligner que les envolées ségrégationnistes et ethnocentriques du RPG n’ont pas visé que les peulhs, en Guinée. En région dite « Forestière », des communautés entières ont été systématiquement attaquées et militairement assiégées par le gouvernement RPG, avec leur cortège ignoble de destruction et de massacre. Devant l’attitude de mépris de la justice à double face du régime RPG, certaines recourent aux juridictions de la CEDEAO pour que justice leur soit rendue.

A mon avis, et sans préjudice aucun, le candidat idéal devrait venir d’une des ethnies minoritaires, historiquement prédisposées à être les garants de la paix et de la réconciliation, grâce à leur éloquente attitude de coexistence pacifique avec les autres groupements ethniques du pays, dans leurs terroirs. De mon point de vue, ce serait une erreur stratégique grave que d’insister sur, et d’imposer dès le départ, une candidature PEULH. Une telle insinuation pourrait à priori conduire les autres composantes ethniques à adopter des repositionnements instinctifs de survie. Rappelons-nous qu’en dépit de toutes les apparences, aucune ethnie à elle seule, ne peut élire un Président de la république, en Guinée.

Je suis au regret de soutenir qu’il n’y aura pas de deuxième tour favorable à un candidat autre qu’Alpha Condé. Par anticipation donc, une candidature unique devrait se cristalliser dès le départ, et porter sur un candidat consensuel autour duquel toute la Guinée doit se réunir pour battre Alpha Condé dès le premier tour.

Des démarches de création d’un mouvement transversal sont bien à l’ordre du jour, et des efforts ont été initiés à divers niveaux, avec de très bonnes réactions, du moins pour le moment. Malheureusement et très souvent, ces efforts meurent rapidement, asphyxiés, à la moindre collision des intérêts en jeu. Autant que possible, je souhaite que toutes les synergies qui y sont invitées, soient au rendez-vous pour l’élargissement de ce mouvement à toute la nation. Cependant, une telle ambition ne peut se réaliser que si elle est soutenue par des efforts régionaux permettant de dégager et de se réunir autour de l’objectif principal qui, à mon avis, reste prioritairement le départ d’Alpha Condé et l’instauration d’un véritable Etat de droit en Guinée. A ce niveau, les portes du dialogue doivent rester largement ouvertes pour des contacts plus restreints et plus ciblés
Petit Barry04/02/2015 17:50:19
Next, par ce que AC vient de nous cloturer cette histoire de 2015. Candidat unique ou pas, lui il passera des le premier tour ahan. <br />
<br />
Alpha Condé : ‘’Je gagnerai les élections dès le premier tour, sans tricher‘’<br />
<br />
http://www.visionguinee.info/2015/02/04/alpha-conde-je-gagnerai-les-elections-des-le-premier-tour-sans-tricher-2/
kemo souloukou04/02/2015 22:19:48
KOTO SADIOP bonsoir,il faut faire comprendre a KOTO KYLE
SADIO BARRY05/02/2015 12:12:06
Cher Edouard,

au Nigéria, il y a bien une sorte de primaires qui conduisent au duel de deux principaux candidats (celui du pouvoir et celui de l'opposition). Aboubacar Atiguou était dans la course au début, mais il s'est finalement aligné derrière Bouhari qui est majoritaire en général.

Au Togo, le dictateur avait instauré le mode de scrutin au tour unique. Ce que l'opposition a récemment combattu. Lisez:
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20141127181808/

Mais connaissant que les combinaisons des voix de l'opposition a toujours été supérieur à celle du dictateur, l'opposition veut se donner la chance cette fois derrière un candidat unique.

Vous demandez que les ethnies majoritaires peule et malinké soient écartées de la course à la présidence parce que le RPG a déçu.

<< A mon avis, et sans préjudice aucun, le candidat idéal devrait venir d’une des ethnies minoritaires, historiquement prédisposées à être les garants de la paix et de la réconciliation, grâce à leur éloquente attitude de coexistence pacifique avec les autres groupements ethniques du pays, dans leurs terroirs. l’objectif principal, à mon avis, reste prioritairement le départ d’Alpha Condé et l’instauration d’un véritable Etat de droit en Guinée. A ce niveau, les portes du dialogue doivent rester largement ouvertes pour des contacts plus restreints et plus ciblés >>

Premièrement, nous ne nous laisserons pas être sanctionné pour les crimes des autres.

Deuxièmement, notre situation actuelle vient du fait que les ethnies minoritaires n'ont pas voulu instaurer la démocratie en Guinée, mais elles ont plutôt cherché à confisquer définitivement le pouvoir, même au prix des génocides (Kapororails 98, massacres de 2007 avec plus de 200 morts par balles et plus de 2000 blessés et le génocide du 28 septembre 2009).

Troisièmement, si les Guinéens ne peuvent pas vivre ensemble selon la Constitution du pays, la finalité sera la séparation et que chaque région ou ethnie se gère comme bon lui semble.
Les gens proposent des arrangements anticonstitutionnels selon que cela arrange leurs intérêts ethniques. Cela ne marche que parce que les ethnies qui en sont victimes se laissent faire. Pour moi et beaucoup d'autres Guinéens, il n'en sera plus question!

Cordialement,

SADIO BARRY
Diogo05/02/2015 14:02:44
Merci Sadio pour cette réponse qui me satisfait.
Edouard, vous me décevez. On sent que vous militez pour le retour d'un Basse Côtier au pouvoir et non pour la démocratie et la justice dans notre pays.
Non seulement les minorités soussous et forestiers ont accédé au pouvoir sans mieux faire, mais c'est la troisième fois que les Malinkés y accèdent. Jamais encore un Peul! Pourquoi ne pas essayer un Peul à présent ?
Vous n'êtes sans savoir que ce sont ces minorités dont vous parlez qui, par leur égoïsme et mépris de la démocratie et de l'Etat de droit, ont largement contribué à la situation désastreuse actuelle de la Guinée.
Hawa Bah05/02/2015 15:31:04
Merci aux frères Sadio Barry et à Diogo!
J'invite Edouard qui a une plume d'intellectuel de se défaire de l'ethnocentrisme et défendre les valeurs démocratiques et républicaines. Le rôle de l'intellectuel ne doit pas être de satisfaire les vœux des ethno-barbares, mais de leur dire ce qui se doit et défendre l'équité.
Tibou Barry05/02/2015 22:22:13
Merci de tout Coeur a Sadio Barry et a Diogo pour vos brillantes repliques a Edouard qui figure parmis les gens qui pensent mordicus qu'il faut encore trouver une autre excuse pour ne pas qu'un Peulh accede au pouvoir en Guinee. Edouard veut a tout prix une candidature unique de l'opposition a condition que ce ne soit pas CDD qui selon lui serait battu a plate couture par AC sans pour aurant nous demontrer qu'un autre candidat ne sera pas victime de la meme fraude. Il faudrait bien que certains gens comprennent que les Peulhs sont des citoyens au meme titre que les autres Guineens et par consequent ont les memes droits que les autres. S'il faut que le Peulh s'efface a chaque fois pour sauver le pays, alors cette fois ci la Guinee est perdu pour toujours. Nous ne nous laisserons plus marginaliser, mepriser, brutaliser, violer, piller, humilier et chasser par les autres depuis 1958 jusqu'a present. Il existe en dehors de Dalein des milliers de Peulhs qui peuvent dirriger ce pays mieux que le criminel Sekou Toure, Lansana Conte, Dadis, Konate et Alpha Kone reunis.
Elhadj Bah06/02/2015 02:46:07
Merci à tous ceux qui ont précédé, particulièrement à Tibou! Je rejoins ce dernier et invite tous les Peuls de Guinée à jurer la même chose cette fois-ci: il y a d'autres Peuls que CDD. Si les autres pensent encore que les Peuls doivent s'effacer pour sauver le pays, cette fois-ci brûlons le ensemble avec eux et allons tous vivre d'aides humanitaires dans des camps de refugiés chez les voisins. Je n'en voudrais pas à ceux qui ne veulent pas de CDD: il est mouillé jusqu'au cou avec les dictatures précédentes et il n'est politiquement pas à la hauteur. Je prie ceux qui nous promettent un choix alternatif crédible d'honorer leur engagement afin que nous mettions les autres à l'épreuve. Nous saurons si leur problème est Cellou ou bien le Peul pour tirer les conséquences qu'il faut cette année.
Mamadou Billo SY SAVANE06/02/2015 09:14:48
J'adhère aux explications de M. EDOUARD. L'analyse de la situation sociopolitique guinéenne est fouillée, honnête et non partisane.

Je n'y ai pas trouvé la moindre trace d'"ETHNOSTRATEGIE", ou de refus qu'un Peul arrive au pouvoir en Guinée. Par ailleurs, il fait une proposition de sortie du blocage acuel que personne ne nie.Personnellement, je suis d'accord avec lui, même si je ne le connais pas.

On peut ne pas être d'accord avec lui. Dans ce cas on fait la démonstration inverse, comme par exemple M. Sadio BARRY le fait. Et il le fait en se limitant strictement à ce qu'a dit ou écrit EDOUARD. Il ne lui fait pas de procès d'intention, ni ne lui attribue ce qu'il ne pense vraisemblablement pas.

En tout cas aucun mot, aucune phrase, aucune idée de son texte ne permet même de supposer que EDOUARD aurait une arrière-pensée mauvaise ou méprisante pour qui que ce soit.

Pour nous tous! A vouloir suspecter tout le monde, instruire un procès en tribalisme anti-peul contre celle ou celui(d'un autre groupe ethnique) qui fait la moindre remarque que nous croyons pas favorable pour nous, on fini par alimenter l'idée que, les Peuls s'installeraient par ruse dans une posture victimaire.

Acceptons le débat, même dans les termes qui ne nous conviendraient pas. Les procès d'intention sont toujours contre-productifs, ou plutôt produisent toujours l'inverse des effets recherchés.
Diogo06/02/2015 10:20:44
Doyen et Professeur Sy,
je vous remercie pour cette leçon de sagesse. Vous avez entièrement raison: Edouard peut être d'une bonne foi. A la lecture du commentaire de la sœur Hawa c'est aussi l'idée qui m'a traversée la tête.
Le problème est que nous avons été tellement victimes d'exclusions et de crimes organisés dans ce pays qu'après la campagne régionaliste d'Alpha Condé, les attaques contre des innocents peuls en Haute Guinée et l'idéologie anti-peule que l'alliance RPG-arc-en-ciel a fait dire à Facinet Touré qui est un notable de la Basse Côte, les propositions qui vont dans ce sens sont révoltantes pour moi et beaucoup d'autres.
Ce qui m'a surtout révolté, c'est le fait d'occulter ou minimiser l'expérience qu'on déjà vécu des minorités en Guinée pour dire que les peuls et les malinkés doivent renoncer au pouvoir désormais au profit de ces minorités (soussous et forestiers), alors que ces minorités ont démontré qu'elles ne sont pas capables de faire la promotion de la démocratie en Guinée. Pourquoi un tel jugement sévère contre les Peuls qui n'ont jamais gouverné le pays? L'argument valable et objectif aujourd'hui s'il faut aller sur ce plan, c'est de dire qu'il faut essayer maintenant avec les Peuls aussi.
Vous êtes l'exemple que jamais les intellectuels et sages peuls n'accepteront pas qu'un dirigeant peul commette l'injustice contre les autres en Guinée.
Edouard07/02/2015 04:26:30
Mes Chers compatriotes,

J’avais bien été tenté de répondre à ma sœur Hawa Bah, non pas de manière à égratigner une certaine susceptibilité, mais pour d’abord la remercier du «penmanship d’intellectuel» qu’elle m’attribue et que je ne mérite peut-être pas, ensuite pour l’inviter simplement à me pointer du doigt toute tendance ethnocentrique qu’elle aurait décelée dans mon texte, pour des fins d’amélioration. De même, j’avais voulu demander à Mr. Diogo d’expliciter et d’étayer par des faits, le procès d’intention qu’il me fait en insinuant que je milite « pour le retour d'un Basse Côtier au pouvoir et non pour la démocratie et la justice dans notre pays ».

Merci donc au Professeur Sy, que je ne connais pas non plus, de m’avoir épargné de cet effort qui aurait pu, malencontreusement, comporter et introduire de gros risques de mauvaise compréhension, contribuant ainsi à un amalgame d’interprétations et de positions dans lesquelles, il est facile de prêter aux gens, des intentions et des propos qui ne sont nullement les leurs.

Je n’avais pas douté que de quelque part, la lucidité s’inviterait à ce débat et que des personnalités intellectuellement et moralement plus avisées que moi, y participeraient au fil du temps, pour au moins reconnaitre l’objectivité et la nature non partisane de mes propos. Contrairement à certaines perceptions, et surtout en raison des relations que j’entretiens avec la communauté peulhe, jusque dans les retranchements de ma famille élargie, je n’ai en moi aucun os d’ethnocentrisme, d’ethno stratégie, que sais-je encore, à l’encontre de cette communauté.

Je continue de soutenir, en toute bonne foi, que le climat de polarisation de la politique en Guinée, s’est maintenant métamorphosé en conflit plus ou moins ouvert, volontairement ou involontairement entretenu et transposé au niveau deux plus grandes communautés ethniques de la Guinée, par les deux grandes formations politiques qui sont l’UFDG et le RPG. A l’image de deux éléphants qui s’affrontent dans la jungle, et qui sèment la désolation et qui écrasent systématiquement la végétation qui les supporte, c’est toute la Guinée qui brulera dans un scénario apocalyptique de confrontation.

Compte tenu du potentiel énorme de déflagration sociale et de l’éclatement de guerre civile, qui suivront inéluctablement la victoire d’un candidat malinké ou peulh, en Guinée, mon analyse continue de porter sur une candidature non peulh et non malinké de l'opposition, pour l’élection présidentielle de 2015. Ceci à mon avis, n’est pas synonyme d’exclusion des Peulhs ou des Malinkés des processus électoraux en Guinée. Il s’agira d’abord de faire partir Alpha Condé par les urnes, de promouvoir ensuite la paix et la coexistence pacifique, en vue de la création d’un environnement de stabilité sociale et politique favorable à l’existence d’un Etat de droit. Je continue tout autant, de croire que dans la Guinée d’aujourd’hui, ce rôle ne peut pas être joué par un membre d’une communauté forte de son influence numérique, sociale ou économique, tant ce rôle est prématurément perçu à tort ou à raison, par l’autre communauté aussi forte mais opposée, et même par les autres « petites » communautés adjacentes, comme un stratagème de recherche, de consolidation et de maintien au pouvoir.

Même si il est à une échelle différente, le parallélisme de cette observation est ancré dans l’histoire contemporaine, qui nous enseigne que les sociétés dites « fortes » ne peuvent en aucun cas, maintenir la « paix » injustement imposée parfois à coups de mitraillettes et de bombes. Avant l’avènement du chaos politique et social créé de toutes pièces et à dessein par les Etats Unis, de petites nations comme l’Irak de Saddam Hussein, la Lybie de Kadhafi, ou encore la Syrie de Hafez Al Assad, avaient réussi à aplanir leurs contradictions internes propres, pour créer et maintenir une paix et une stabilité légendaires, en naviguant avec instinct de survie, les eaux minées entre les démocraties occidentales et orientales. D’autres exemples foisonnent dans le monde d’aujourd’hui. Ramenés au cadre précis et limité de la Guinée, les « petites » communautés ethniques par ce même instinct de survie, tireront chacun à sa manière et à mon avis, toutes les ficelles pour créer et entretenir avec les deux « grandes » communautés ethniques, les alliances stratégiques nécessaires à l’apaisement social et la stabilité politique sans lesquels, le développement véritable ne sera qu’un mirage.

Je voudrais ouvrir ici une parenthèse pour fustiger le mauvais rapport d’équivalence que beaucoup de cadres établissent entre les ethnies des autres régions naturelles de la Guinée, et le terme « Forestier ». Très souvent, on peut lire dans les dénombrements ethniques: les Soussous, les Peulhs, les Malinkés, les Forestiers, ce qui donne l’impression que les « Forestiers » représentent une ethnie ou un groupe linguistique comme les Malinkés, Soussous, les Peulhs, etc. L’appellation péjorative de « Forestier », qui devrait d’ailleurs changer quelque part dans le temps, avec celle non moins péjorative de « Guinée Forestière », correspond bel et bien aux termes équivalents de « Basse Côtier », de « Foutanien »,de « Mandéka » (habitant du Mandé), etc... Il est important de noter que la « Guinée Forestière » est peuplée par les Kissis, les Lélés, kourankos, les Tomas, les Kpèlès, les Konons, les Manons, et les Koniankés, entre autres, qui ne sont pas apparentés à un groupe ethnique et linguistique régional, mais qui sont des ethnies aux dialectes et cultures complètement différents les uns des autres. Ainsi, partout on l’on cite les Peulhs, les Soussous, les Malinkés, on devrait s’efforcer d’aligner des ethnies de la « Guinée Forestière ». A ces ethnies minoritaires en Guinée dite « Forestière », s’ajoutent d’autres minorités telles que les Nalous, les Landoumas, les Mikiforés, les Bagas, les Soussous, en Basse Côte, les Cognaguis, les Bassaris, les Dialonkés, les Badjaras, les Fulakoundas en Moyenne Guinée, les Sarakollés, les Toucouleurs, les Kourankos, en Haute Guinée.

Pour finir, je voudrais épouser l’observation très pertinente du Professeur Sy, consistant et invitant les cadres peulhs, à ne pas voir toute critique à l’endroit d’un cadre peulh par quelqu'un d'une autre dénomination régionale ou ethnique, comme une critique de toute la communauté peulhe. De telles prises de position renforcent le sentiment de méfiance que beaucoup de gens des autres communautés, marmonnent à l’endroit de certains cadres de la communauté peulhe, mais n’ont pas le courage de leur conviction pour le mettre sur la place publique. Il y a aussi l’observation non moins importante que certains de nos frères peulhs réagissent positivement ou négativement aux articles, en fonction de l’appartenance ethnique qu’ils attribuent à leurs auteurs. De l’analyse de bien de gens, si certains cadres d’une communauté qui n’est pas encore au pouvoir n’acceptent pas les critiques formulées à leur endroit, qu’en sera-t-il quand ces mêmes cadres auront le pouvoir de suppression au niveau de l’Etat? C’est à ce point de vue que je salue l’objectivité et l’esprit d’ouverture du Professeur Sy, qui laisse le mérite de l’analyse primer sur l’appartenance ethnique ou régionale de l’auteur. Des cadres de sa trempe morale sont des oiseaux rares dans le paysage intellectuel guinéen.

Cordialement,

Edouard
SADIO BARRY07/02/2015 21:16:00
Frère Edouard,
merci pour l'enrichissement du débat! Merci également au Professeur Sy Savané pour la sagesse qu'il a soufflée aux esprits !

Revenons à un passage de votre texte frère Edouard:

<< Compte tenu du potentiel énorme de déflagration sociale et de l’éclatement de guerre civile, qui suivront inéluctablement la victoire d’un candidat malinké ou peulh, en Guinée, mon analyse continue de porter sur une candidature non peulh et non malinké de l'opposition, pour l’élection présidentielle de 2015 >>.

Mon frère, je note, de votre long texte-réponse et de ce passage, que vous ne semblez toujours pas prendre en compte les expériences amères que nous avons vécues des gouvernances des minorités des régions Basse Côte et Forêt dans vos analyses.

Avec le régime soussou qui refusait l'alternance démocratique avec l'appui de la majorité de la Basse Côte, la Guinée a connu une guerre civile entre 2000 et 2002 qui a heureusement été vite maitrisée grâce surtout au concours des commerçants et la fermeté de Conté et du général Bailo Diallo.

Avec Dadis, on tendait vers la guerre civile après le génocide du 28 septembre 2009. Dadis formait, aux frais de l'Etat guinéen, une puissante milice pour pouvoir garder définitivement le pouvoir. Avec l'appuis de la majorité de nos compatriotes de la Forêt. Vous savez bien que le RPG appuyé par les hégémonistes malinkés étaient prêt à tout pour reconquérir le pouvoir "des mains des Forestiers". Le leader du RPG, Alpha Condé, qui avait déjà commandé des armes au Moyen Orient préparait les esprits à cela en affirmant sur France24 que les Forestiers sont des barbares qui boivent du sang et mangent du cœur humain.

C'est parce que le RPG et son Alpha Condé ont été trop mauvais et aussi fascistes que le régime d'apartheid sud-africain des années 70 que les Guinéens regrettent Dadis et Lansana Conté.

Par ailleurs, l'attitude de Kory Koundiano à l'Assemblée nationale montre clairement que ce type serait plus dictateur que Lansana Conté.

Alors, rien ne permet de dire qu'avec quelqu'un des ethnies minoritaires, on aura la démocratie et la paix en Guinée.

Osons nous dire la vérité: le problème en Guinée, ce sont des Malinkés. Je dis bien DES Malinkés, c'est à dire pas tous les Malinkés, mais d'un groupe de fainéants et d'idéologues malinkés qui ne veulent voir aucune autre ethnie au pouvoir en Guinée à part la leur à travers eux-mêmes. L'agitation et des menaces des notables de la Haute Guinée lors de la transition pour que Sékouba Konaté donne le pouvoir à leur candidat restent vivants dans nos mémoires. Ces vieux ont été manipulés par ces extrémistes et idéologues malinkés autour d'Alpha Condé. La Guinée, c'est la vache à lait pour eux, ils veulent vivre avec des boubous gonflés, des belles femmes, des grosses voitures etc. sans travailler. Ce sont eux qui menacent la paix et hypothèquent l'avenir de la Guinée. C'est le cas des Mohamed Diané, Alhassane Condé, Damaro Camara par exemple. Lors de la conférence de Colombia des 08, 09 et 10 juin 2000, Damaro avait publiquement affirmé que eux, ils avaient mis fin au régime soussou, mais que c'est par la faute des traitres peuls que Conté est revenu au pouvoir. Dans mon intervention, je lui ai répondu que ces Peuls ont bien fait de faire comprendre aux putschistes qu'il est inadmissible en République de Guinée, que des ressortissants d'un seul village ou région s'associent pour prendre le pouvoir par des armes. La conférence échoua à cause des tensions qui ont résulté de nos discussions. C'est ce Damaro qui est le porte-parole des parlementaires de la mouvance RPG-arc-en-ciel. Un arrogant, menteur, fanfaron, raciste et extrémiste malinké, marié à une peule!

Maintenant que leur rêve de garder le pouvoir se brise, ils poussent à la réflexion d'exclure les deux ethnies Malinké et Peul de la course, parce que c'est leur régime qui tombe avec Alpha Condé. Aussi, ils estiment qu'ils pourront plus facilement combattre ces minorités pour reprendre le pouvoir après. En effet, ces extrémistes malinkés n'oseront jamais provoquer les Peuls s'ils ne sont pas au pouvoir et peuvent compter sur l'armée et la police qu'ils contrôleraient.

Ce ne sont pas le RPG et l'UFDG qui sont responsables de la division et des tensions ethniques. C'est le RPG et ses extrémistes malinkés. L'UFDG est une victime de leurs manœuvres criminelles. Que dites-vous de Manden Djalon, de l'Union des Roundès dans le but de brûler le Fouta ? C'est le RPG qui tue et l'UFDG enterre. Il n'est pas juste de condamner les deux ensemble. L'UFDG est condamnable seulement de ne pas organiser une résistance adéquate au RPG, quitte à faire aussi des morts dans les rangs de ce rassemblement de criminels sans vergogne.

Pourquoi tous les Peuls doivent être sanctionnés pour la faute des mauvais et racistes dirigeants malinkés?

Croyez-vous vraiment que nous allons accepter cela à présent? Il est temps de penser à une autre option plus réaliste.

Notre problème n'est pas le fait qu'une ethnie domine le pouvoir un moment donné, mais plutôt l'impunité, le non respect de la Constitution et l'inégalité des Guinéens devant la loi. Pourquoi ne battons-nous pas contre ces faits au lieu de chercher à repousser le problème dans l'avenir voire même le compliquer davantage ?
Mamasta08/02/2015 14:03:25
Avant de remercier Sadio Barry pour son courage et ses brillantes argumentations, j'aimerais demander au frère Edouard et au doyen Sy de méditer sur un fait et de me dire si me trompe ou pas:

en 1984 les malinkés ont renié à l'ancien premier ministre Beavogui le droit d'occuper le fauteuil présidentiel parce qu'il est "Forestier". Ils ont renié au soussou Lansana Conté le droit d'être président de notre pays au point d'engager une lutte armée contre le pays. C'est parce que la majorité peule s'est rangée derrière le régime soussou que leur lutte armée a échoué. Ils ont renié à Dadis le droit d'être président quand ils ont compris qu'il n'avait pas l'intention de leur céder le pouvoir au bout d'un an. Pendant la transition, dès qu'ils ont vu Dalein en tête et que les vrais leaders de la Basse Côte ont décidé de ne pas soutenir Alpha Condé, les notables malinkés sont venus menacer de retirer leur région de la Guinée si leur fils ne gagne pas président.
Alpha Condé n'a pas dit pour rien qu'il reprend la Guinée là où Sékou Touré l'a laissée. C'est parce qu'il parlait dans le sens des malinkés qui l'ont mis en avant pour leur ramener le pouvoir et qui ne veulent entendre parler d'un guinéen président même en ex s'il n'est malinké.
Là où je veux en venir: que ce soit pour un fils de la Basse Côte, de la Forêt ou du Fouta, ces malinkés au pouvoir ne lâcheront pas le fauteuil volontairement. Il faudra une confrontation pour qu'ils cèdent. Or, pour une victoire de l'opposition, le lourd sacrifice doit être payé par les Peuls. Donc si c'est aux Peuls de mener le gros du combat et enregistrer les pertes, pourquoi doivent-ils se retirer au profit d'un autre guinéen? C'est votre peur de ces malinkés et l'hypocrisie générale des intellectuels guinéens qui mènera notre pays à une guerre civile. Où les Peuls sont guinéens où ils ne le sont pas, ils doivent accompagner les autres et faire le soldat pour ces derniers. Je suis d'accord avec monsieur Barry. Si les Peuls renoncent une fois pour éviter la guerre, ils ne doivent plus parler de pouvoir ou avoir un candidat à une présidentielle guinéenne. Sinon on revient dans le même scénario en 2020, 2025, 2030 .... J'allais prier les Fulbés de ne pas renoncer à leur droit naturel et constitutionnel en Guinée, si je ne connaissais les positions fermes de monsieur Barry sur la question. Elhadj Cellou a déjà commis une grosse erreur en 2010 en expliquant son renoncement par le besoin de paix. Quel fruit lui et les électeurs en ont récolté? Le débat d'aujourd'hui tendant à renier aux Peuls un droit constitutionnel est une conséquence de l'attitude irréfléchie de Dalein. On attendra désormais la même capitulation de lui et de sa communauté.
Djiwoun Daka08/02/2015 18:04:58
Mille fois merci Mamasta!
Salut Edouard! Est-ce que vous et les intellectuels soucieux de notre avenir, vous pouvez convaincre le candidat malinké Alpha Condé de se retirer de la course en même temps que CDD cette année? Dans ce cas, c'est volontiers que le Fouta ferait tout pour que Cellou se retire aussi. Pour la paix dont vous parlez, le RPG et l'UFDG se retirent de la course. Cela peut marcher, mais la formule peul et malinké se retirent, c'est un arbitraire de plus contre la victime peule. Inacceptable pour nous!!!!!
Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 20/11/17: Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat.
 19/11/17: Décès de El-Hadj Oumar Doungou Barry - Déclaration de la coordination nationale des fulbé et Haalipular de Guinée.
 14/11/17: Déficit de démocratie en Guinée – Sommes-nous tous coupables et responsables ?
 14/11/17: La radio Africa Midi a reçu samedi, 11.11.17, Mohamed Mara, journaliste à Espace Fm Guinée.
 14/11/17: „Chemin d’exil’’ : l’œuvre poétique de Mohamed Lamine KEITA préfacé par Siaka BARRY

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.
 01/03/15: Guinée: qui trompe le peuple, le pouvoir ou l’opposition ?

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques