URL: http://www.guineepresse.info/index.php?id=14,18683,0,0,1,0



18 Octobre – Regrets et mémoire.


yacine-diallo.jpg
Diallo Yacine

2018-10-20 05:48:31

En ce jour, il y a 121 ans, en 1897 – Naissance de Yacine Diallo.

« Homme de caractère et d’honneur, corpulent et robuste, calme et équilibré. Homme d’un savoir étendu avec une connaissance encyclopédique de l’histoire, des religions et des civilisations, il était un leader naturel ».  

C’est dans ces termes que Jean-Pierre Ndiaye décrit la figure mythique et oubliée de la Guinée - dans la préface du livre que lui consacre Boubacar Yacine Diallo. Jean-Pierre Ndiaye ajoute que c’est avec le fervent désir de sortir son pays des ténèbres de l’indigénat et conforté par sa culture étendue que Yacine Diallo s’attela avec ses pairs à la réalisation de plans de développement économique des colonies françaises de l’Afrique, après la deuxième guerre mondiale. 

La vie de Yacine Diallo s’interrompit brusquement en Avril 1954. Le régime du PDG et ses succédanés tentèrent et tentent encore d’effacer de la mémoire collective le nom de Yacine Diallo. Ils gavèrent les jeunes générations d’une narration d’une histoire tronquée et fausse de notre nation.  La folie et la mauvaise conscience de l’imposture des criminels qui ont gouverné notre pays n’ont pas fait que des victimes physiques. Elle a laissé des vides béants dans notre histoire. Les pans de la vie et de l’œuvre de Yacine Diallo ainsi que celles de beaucoup de combattants de l’émancipation africaine sont ainsi effacés de la mémoire collective. Ces oublis doivent être comblés, non pas comme des milliaires de regrets, mais comme sources d’inspiration. Les combats, les intentions nobles et les victoires qui ont essaimé notre histoire sont un moyen sûr - sinon unique – pour endiguer le recyclage perpétuel de la médiocratie et du minimalisme qui sévit en Guinée. Ce recyclage est un poison politique. Il est distillé à petites doses ; il susurre que notre pays est maudit ; que les guinéen ne méritent pas que quiconque se batte pour améliorer leur destin.  Il désarme les citoyens par ce biais ; pour le grand bonheur des crapules.

En ce jour, il y a 47 ans en 1971 – Sékou Touré ordonna le sacrifice des cadres guinéens innocents sur recommandation des chamans. 

Le 18 Octobre 1971, environ 70 cadres guinéens dont des ministres, des ambassadeurs, des directeurs, des inspecteurs, des ingénieurs, des magistrats, des policiers de haut rang furent sommairement assassinés sur ordre de Sékou Touré. Ces victimes avaient été auparavant détenus et torturés dans trois camps : celui de Boiro de Conakry, de Kindia et de Kankan.
À ce jour les familles n’ont pas été informées des lieux d’inhumation des restes. Les corps sont enfouis dans des fosses communes au pied des monts Kakoulima et Gangan ainsi qu’au champ de tir du camp Soundiata Keita à Kankan. Ces assassinats s’inscrivaient dans la chaîne des complots fictifs mis en place par le régime clanique du PDG pour assurer sa survie et masquer ces échecs. 

Les massacres d’Octobre 1971 s’illustrent par leur caractère barbare et irrationnel. Ils furent ordonnés par Sékou Touré sur les conseils de féticheurs pour qu’il survive à son ennemi d’alors, Houphouët-Boigny. Les chamans avaient prédit que sacrifier autant de cadres que l’âge du président ivoirien et le jour d’anniversaire de la naissance de ce dernier, entraînerait irrémédiablement sa chute.

Le gâchis est d’autant plus amer que les sacrifices humains étaient vains - comme l’aurait présumé un esprit rationnel et normal. En effet Sékou Touré mourut en mars 1984 bien avant Houphouët-Boigny qui décéda le 7 décembre 1993.


Ourouro Bah


 

4 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

Ibrahima20/10/2018 20:45:06
Houphouët-Boigny naquit le 18/10/1905. Quel âge avait-il le 18/10/1971??? De toute façon il n'avait pas 70 ans à cette date là. La base de votre raisonnement pourrait ne pas tenir longtemps. N'oubliez que pas la haine exagérée rend defois "aveugle".
K. Ba21/10/2018 16:41:45
Ibrahima,
Le négationnisme masqué est évident. L’article dit environ 70 personnes. Comme tu n’oses pas dis----r les assassinats du 18 Octobre 1971, tu joues maintenant sur le nombre. Si Sékou n’avait tué que 65 personnes en ce jour de malheur cela serait-il plus acceptable ?
Ensuite, je trouve pitoyable que tu oses parler de « haine exagérée » pour supporter de façon déguisée le sanguinaire de Faranah. Si comme d’habitude tu cherches à nous faire accepter les crimes de Sékou, sache que cela ne marchera pas ! Pauvre mec.
K.B
Ibrahima22/10/2018 12:04:36
Bonjour Mr Bah! Merci d'avoir réagi sur mon commentaire.

Mr Bah, je ne suis pas un négationniste. De plus un Guinéen tué est un Guinéen de TROP. Dans ce cas, je vous invite à rester dans le cadre de l'article que j'ai commenté. Dans l'article il est écrit:

<<Le 18 Octobre 1971, environ 70 cadres guinéens dont des ministres, des ambassadeurs,.......>>;
...

<<Les massacres d’Octobre 1971 s’illustrent par leur caractère barbare et irrationnel. Ils furent ordonnés par Sékou Touré sur les conseils de féticheurs pour qu’il survive à son ennemi d’alors, Houphouët-Boigny. Les chamans avaient prédit que sacrifier autant de cadres que l’âge du président ivoirien et le jour d’anniversaire de la naissance de ce dernier, entraînerait irrémédiablement sa chute.>>

Si Houphouët-Boigny n'avait pas 70 ans en Octobre 1971, alors j'invite l'auteur de l'article de bien vouloir donner la ou les causes exactes de ces tristes événements, si bien sûr il tient expliquer ces événements.

Oui, il existe le mot "environ". Mais, "environ 70" est différent de "70". De surcroît, l'article parle de la vie des personnes. Tout ce qui écrit devrait être basé sur les faits!

Retenez enfin Mr Bah que tous ceux qui ne sont pas d'avis avec vous (=votre personne) ne sont pas de mauvaises personnes. Souffrez donc d'entendre d'autres points de vue.

Je vous souhaite bonne journée et bonne compréhension. Merci!
Amara Lamine Bangoura23/10/2018 01:19:26
Pour des raisons inavouables, l'héritage de Yacine Diallo et l'œuvre personnelle de L'almamy Bocar Biro sont occultés s'ils ne simplement pas passés à tabac par les héritiers presomtifs de la dynastie des criminels de sang du régime despotique et clanique de la première République. Il est impératif de revisiter notre passé afin de rétablir la vérité historique authentique autour de cette étape douleureuse de notre évolution.